Sous l’intitulé «Organique», l’édition 2019 du far° Festival des arts vivants explorait toutes les expressions artistiques qui, entre cueillette d’herbes sauvages et revendication d’un statut juridique pour la nature, martelaient l’urgence climatique. Deux ans et une épidémie plus tard, le rendez-vous nyonnais rebaptisé fabrique des arts vivants se concentre à plein sur l’humain, enquêtant sur les mots des Romands, les manières de vivre dans plusieurs villes d’Europe, les jumelages de différentes régions ou encore les récits glanés par des autostoppeurs-performeurs. Comme si le covid avait rebattu les cartes et mettait le lien à son prochain au sommet des priorités.