«La position allongée n’était pour Ilia Ilitch ni nécessaire, comme pour un malade ou pour un homme qui veut dormir, ni accidentelle, comme pour une personne fatiguée, ni voluptueuse comme chez le fainéant; c’était son état normal. Quand il était à la maison – et il y était presque toujours – il demeurait couché, et toujours dans cette chambre où nous l’avons trouvé, qui lui servait de chambre à coucher, de cabinet et de salon.»

Chronique «Caractères»: Paresse

Ilia Ilitch n’est autre qu’Oblomov, le personnage qui donne son nom au roman d’Ivan Gontcharov paru en 1859, protagoniste d’une épopée immobile. Ce jeune propriétaire terrien installé à Saint-Pétersbourg met toute son énergie – dont il use parcimonieusement – à en faire le moins possible. Son lieu naturel est le divan où il se couche, reçoit éventuellement, s’endort souvent. En matière de confinement, c’est un maître qui résiste à toute sollicitation extérieure. Son indolence vient à bout de tout. Ainsi, il tente bien de travailler, mais demeure perplexe et renonce devant les exigences d’une profession: «Quand peut-on donc vivre? Quand vivre?» répète-t-il alors qu’il s’essaie à la vie de bureau.

Subtile subversion

Son ami Stolz, homme énergique et entreprenant, tente de le secouer, de le faire sortir de chez lui: «Et toi tu pourrais rester toujours au même endroit? Tu n’iras jamais nulle part? – Pour rien au monde», rétorque Oblomov.

A lire: L’«évitisme», nouvelle sagesse

Cet antihéros russe, devenu une figure emblématique, inquiète par son aboulie et sa terrifiante paresse, mais il est aussi porteur d’une subtile subversion. Voilà un homme qui se retranche, qui réclame le droit de vivre, simplement, tranquillement chez lui, sans qu’on lui dicte les règles d’un jeu social éreintant. A lire ou relire pour savourer les joies qu’offre le fait de rester chez soi, et méditer sur l’action, l’occupation, le temps libre et l’inaction.

Il existe plusieurs traductions d’Oblomov, dont celle de Luba Jurgenson (coll. Classiques slaves, L’Age d’Homme), d’où sont tirées ces citations. Plusieurs autres versions sont disponibles en ligne (iTunes, E-readers.ch), certaines libres de droits.


Nos précédentes suggestions: