Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Flügge , le deuxième album des Odd Couple.
© OddCouple/Album

Musique

Odd Couple, drôle de trio

Du rock allemand varié et efficace? Carrément possible avec ce groupe de Berlin élevé à tous les genres

C’est une découverte venue de deux simples clips. D’abord une fabuleuse réussite esthétique à grands coups de plans fixes pour Katta, leur premier single entêtant: trois gueules burlesques pour des éclats de rire à répétition quand ils prennent la pose devant un vendeur de hot-dogs ou jouent de la batterie en rase campagne avec une limousine hors d’usage à l’arrière-plan. Et puis Yada Yada, leur deuxième extrait, plus lourd et hypnotique, avec un délire gore en pleine forêt et la participation active de Wilson Gonzalez Ochsenknecht, un acteur allemand au faciès de psychopathe et à la notoriété établie. Deux excellents morceaux qui ont donné envie de découvrir leur dernier album, le troisième de leur courte carrière. Et là, surprise, le trio allemand semble avoir digéré ses deux premiers pour explorer toutes les ambiances: kraut, psyché, punk pour une vraie réussite.

Ils s’appellent Odd Couple parce qu’ils n’étaient que deux au départ: Jascha, un blond vaporeux à la guitare, et Tammo, batteur chanteur aux cheveux presque aussi longs que ses bras. Ils sont désormais trois depuis l’arrivée de Dennis, un clavier bassiste qui a l’air encore plus perché qu’eux deux réunis. La plus-value est évidente, aussi bien dans la richesse instrumentale que dans la production. «On a plus de temps pour expérimenter, les titres sont plus faciles à jouer, et Dennis arrive avec ses idées qui viennent rafraîchir les nôtres. Juste une personne en plus, ça change tout. Maintenant qu’on est trois, on peut dire qu’on porte vraiment bien notre nom», lâche Jascha, pince-sans-rire comme ses deux potes.

Après l’anglais, l’allemand

Si vous accrochez aux deux singles évoqués plus haut, laissez également traîner une oreille sur Flügge, leur deuxième album. Et on vous accorde une dispense pour le tout premier, malgré son excellent titre It’s A Pressure To Meet You: «Il a été enregistré deux ans avant sa sortie, ça n’avait plus vraiment de sens, on avait d’autres choses en tête au moment de sa parution. D’où Flügge, où on commençait à s’éloigner du rock’n’roll de base, avec déjà un peu d’allemand dans les chansons», rappelle Tammo. Vrai qu’il existe une grande bataille en Europe pour savoir quel pays possède le pire accent anglais. Les Allemands ne sont jamais loin du podium – même si l’Espagne reste imbattable la plupart du temps.

Les Odd Couple ont basculé à quasi plein temps dans leur langue natale, et c’est tant mieux car ils sonnent bien plus naturels. «Je n’ai plus besoin de me demander jusqu’à quel point je peux être sarcastique, je le sais. En anglais, on ne savait pas toujours si on touchait juste, si on allait trop loin ou pas assez», pour Tammo.

Jauges minuscules, pour voir

La déferlante mondiale attendra encore sans doute un peu, mais ils sont partis ce printemps à la conquête des minuscules salles européennes au volant de leur van. Trente-cinq personnes à Paris début avril, dans un bar sympa du quartier de Barbès, c’était peu. Mais ce sera bientôt davantage: ces gars-là sont bien au-dessus de la moyenne pour se contenter de publics venus là un peu par hasard. «Il n’y a rien de planifié, dans notre musique comme dans nos clips. On ne sait jamais trop où on va aller.» La meilleure façon d’arriver quelque part, en général.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps