Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

fiction

Les offres se multiplient pour un accès rapide aux séries TV américaines

Pour contrer le piratage, des opérateurs se mettent à la diffusion accélérée d’épisodes de feuilletons. Aperçu de certaines des nouvelles offres

Il faut être plus rapide. Face à l’impatience des amateurs de séries, surtout de fictions américaines, qui réclament un accès plus bref aux nouveaux épisodes, ou qui piratent pour les obtenir, anciens et nouveaux acteurs du marché réagissent. Plusieurs nouvelles offres apparaissent, par les canaux classiques ou Internet, appelées à contrer le piratage – tout au moins, à essayer de le réduire.

L’offensive de Canal +

Dans ce petit monde de la TV, l’annonce de Canal + a fait événement. Le 21 septembre, en Suisse comme ailleurs, le bouquet s’est enrichi d’une sixième chaîne, entièrement dédiée aux séries. Car ces dernières constituent «désormais un facteur d’abonnement, au même titre que le cinéma et le sport», note Christel Deshaie, porte-parole du groupe en Suisse.

Canal + Séries est incluse dans l’offre de base, par satellite, via Net + ou UPC Cablecom, et bientôt Swisscom, Sunrise et Naxoo. Ce nouveau robinet à images offre notamment, le mardi soir, une case «à l’heure US» qui montre les derniers épisodes de deux séries quelques jours après leur diffusion originale, en version originale sous-titrée. En ce moment, la troisième saison de Scandal , ainsi que Brooklyn Nine-Nine . La chaîne se distingue par des primeurs (Hannibal , The Americans) ainsi que de judicieux choix non américains, dont l’anglaise Utopia .

La vidéo à la demande contre-attaque

Les principales plateformes romandes de vidéo à la demande, Hollystar (ex-DVD Fly) et Swiss TV, ouvrent leurs catalogues aux épisodes de séries. Ces démarches ont été rendues possibles par l’assouplissement de la position d’un studio américain, Fox, qui mène l’expérience en Allemagne. «D’autres suivront certainement», assure Steve Gauthey, porte-parole de Holly­star. En sus, indique Arnaud Alves de Souza, directeur de Swiss TV, «nous sommes bien positionnés en Suisse, car la concurrence des chaînes, qui veulent des exclusivités, y est moins intense».

A ce stade, les deux services sont assez comparables. Hollystar fonctionne au moyen d’un décodeur ou d’une TV connectée (Samsung, LG ou Panasonic), ainsi que sur ordinateur ou tablette. Il conditionne son offre à un abonnement d’au moins 12 francs mensuels, avec deux films inclus, puis les épisodes coûtent 2,90 l’unité, le même prix chez les deux concurrents. Les épisodes, en VO pour les plus récents, sont téléchargés. Swiss TV s’obtient au moyen d’une box ou d’une TV connectée, de Samsung ou LG. Les épisodes achetés demeurent accessibles dans le nuage, sans limite de durée, et ceux qui apparaissent le lendemain de leur dévoilement aux Etats-Unis sont en principe sous-titrés.

Puisqu’elle dépend pour l’heure du même fournisseur, l’offre en matière d’épisodes récents est similaire, avec, en exergue, la troisième saison de Homeland , ainsi que How I met your Mother ou Modern Family . Hollystar marque sa différence avec Sons of Anarchy , tandis que Swiss TV a opté pour New Girl .

En attendant Apple…

Pour sa part, Apple n’a toujours pas ouvert son iTunes suisse aux séries, pas plus que le belge, mais quand ce sera le cas – et sous réserve des entraves des droits nationaux –, le magasin en ligne pourrait frapper fort. Il y a dix jours, la firme a annoncé que l’iTunes français se met à l’immédiateté en proposant des épisodes 24 heures après leur diffusion américaine, avec sous-titres. Elle mise d’emblée sur des succès d’audience ( The Mentalist , Castle ) et renchérit en proposant des primeurs. Le poids acquis par Apple dans ces industries, après son coup de force dans la musique, pourrait lui permettre, à terme, de briser certaines exclusivités des studios avec les chaînes de TV. Nouvelle ère. Dans les années 1980, il fallait parfois huit ans pour qu’une série traverse l’Atlantique.

Si l’on parle de streaming, dans la zone grise du Web se trouvent des sites qui, depuis longtemps, livrent des épisodes récents, avec sous-titres. Le plus populaire est sans doute eMule-Island. Il faut s’y orienter, et les serveurs sont souvent ­bloqués…

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps