Il y a bien quelques habiles usurpations d’identité, d’agiles manœuvres de monte-en-l’air, et même un peu d’Etretat. Lupin, la série créée par l’Anglais George Kay, le cogéniteur de Criminal, pour Netflix, honore en partie le prestigieux parrain sous lequel elle se place. Elle pourrait en faire davantage, peut-on regretter face à un feuilleton pour le reste agréable.

Dans un Paris bien actuel, Omar Sy campe Assane Diop. Ce cambrioleur de standing a plongé dans Arsène Lupin quand il était petit, grâce à un livre offert par son père, chauffeur pour une riche famille de la République. Puis accusé du vol du collier de la reine. Il a été condamné, s’est suicidé en cellule. Ces jours, Assane reçoit des signes selon lesquels il y aurait eu injustice et manipulation. La bataille pour la justice commence.