«Ici comme ailleurs je suis chez moi, car je n’ai plus de chez moi. Etranger partout. Ou que j’aille, je trimbale ma mémoire, je renais, et la vie recommence», écrit-il dans Une Chambre en exil. Omar Youssef Souleimane était journaliste en Syrie, il est devenu romancier en France. Une terre d’accueil qu’il aime désormais plus que toute autre, mais sa première gorgée de liberté n’avait pas le goût attendu.