jazz

On peut entonner tous ensemble le «cocorico» d’usage et saluer «le premier

On peut entonner tous ensemble le «cocorico» d’usage et saluer «le premier album sur le mythique label Verve du plus talentueux des musiciens français» (dixit la promo)...

Genre: jazz
Qui ? Stéphane Belmondo
Titre: The same as it never was before
Chez qui ? (Verve/Universal)

On peut entonner tous ensemble le «cocorico» d’usage et saluer «le premier album sur le mythique label Verve du plus talentueux des musiciens français» (dixit la promo). On peut aussi limer les superlatifs et n’en croire que ses oreilles, qui cherchent un palliatif à l’ennui poli distillé par un disque pavé (plombé) de bonnes intentions. Il y a le clavier chaleureux de Kirk Lightsey, la batterie toujours franche de Billy Hart, la contrebasse appliquée de Sylvain Romano, et il y a surtout leur difficulté à faire décoller un Stéphane Belmondo dont on n’oublie pas les envolées tellement plus contemplatives dans l’«Hymne au Soleil», ou les échanges pimentés avec l’immense Yusef Lateef dans «Influence».

Publicité