Wolfgang Amadeus Mozart. Don Giovanni. (Harmonia Mundi/Musikvertrieb)

«Eliminer tout ce que le XIXe siècle a collé de faux à cet opéra», telle est l'intention que René Jacobs affirme dans un passionnant bonus et défend tout au long de cette production du Festival d'Innsbruck, filmée à Baden-Baden. Il opte pour la version de Vienne, ce qui nous vaut le retour de la scène burlesque de Leporello et Zerlina, toujours coupée. Vincent Boussard renonce aux extravagances si fréquentes dans les mises en scène d'aujourd'hui, n'évite pas quelques invraisemblances, mais réussit à être simple, ingénieux et très vivant. La jeunesse des personnages (Johannes Weisser, fringant Don Juan, a 26 ans) n'en ressort qu'avec plus de vérité.