fiction tv

«Orange is the New Black», l’ennui carcéral

Déjà léthargique pendant la fin de sa cinquième saison et malgré une émeute, la série de Jenji Kohan ne se relance guère dans la sixième livraison, récemment dévoilée

On s’ennuie, en prison. Dans la série carcérale Orange is the New Black, il y aurait donc comme une osmose avec le sujet. Car depuis la cinquième saison, les aventures de Piper, la gentille enfermée pour trafic, et de l’équipe de détenues, font du surplace, et la sixième livraison, dévoilée ces jours par Netflix, n’améliore guère le régime.

Une attachante troupe

Créée par Jenji Kohan, Orange is the New Black repose sur les mémoires de Piper Kerman, associée à la production et dont la protagoniste porte le nom. Elle se singularise par la radicalité du propos, des dialogues, des héroïnes et du contexte. Au fil des épisodes, une petite troupe s’est constituée autour du couple Piper et Alex, amante en pétard permanent; citons l’attachante Taystee, l’impressionnante «Boo», ou Nicky, porteuse de la realpolitik dans l’arène amère de la prison.

Au début de la saison 5: «Orange Is the New Black» et son attachant coup d’Etat carcéral

Le long passage constitué par l’émeute dans les murs, qui a occupé l’ensemble de la cinquième saison, a d’abord offert un enrichissement bienvenu des personnages. Mais au fil des épisodes, la formule de la troupe a trouvé ses limites. Orange… a fait du surplace. Elle s’est même un peu dévoyée dans un épisode montrant l’agression des femmes par un gardien infiltré dans leur refuge, réalisé à la douteuse manière d’un suspense mode Halloween. La demande en mariage d’Alex par Piper, entre deux serpillières, ne consolidait pas davantage le feuilleton.

Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

La subtile dynamique se distend

La sixième saison devrait secouer le jeu. Les prisonnières principales sont disséminées dans plusieurs centres, certaines se trouvent isolées dans un quartier de haute sécurité. De nouvelles figures apparaissent, hostiles – c’est bien pour le ressort dramatique, mais un peu lassant. Le nouveau milieu devait permettre de bousculer ce qui était devenu la routine de Orange…; il semble surtout la renforcer. La dissémination ralentit surtout les retrouvailles avec les personnages centraux. La dynamique en fait subtile des débuts de la série, entre le tandem Piper-Alex et les autres, se distend. Et l’on se rend compte à quel point elle était moteur pour ces drames derrière les barreaux.

Publicité