Cela fait une bonne paire de lustres maintenant que les opérations libellées «Écoutes au vert» ponctuent les étés genevois de concerts qui emportent autant par leur cosmopolitisme que par leur sens de l'aventure. La cuvée 2017 aura ainsi donné l'occasion de voyager, sans quitter les Bains des Pâquis, des transes gnaouas vers celles, nigériennes, des Filles de Illighadad et, par un retournement d'antipode, jusqu'au songwriting lustré du Canadien Sean Nicholas Savage.
La programmation prend fin ce mercredi avec une date consacrée à Orchestra of Spheres. Un groupe d'extraction néo-zélandaise, mais qui propose des assemblages propres à le faire échapper aux grilles des méridiens et des parallèles.


On peut s'en rendre compte en jetant une oreille à «Pastel Cat in a Crystal Tube», leur dernier album, publié cette année encore. Le melting pot ici présenté se nourrit à parts égales de polyrythmes africains, de surgissements de basses vrombissantes, d'un krautrock sédaté, et d'un psychédélisme qui peut emprunter à la fois aux métaphores solaires, à la pure anarchie et aux stases des contreforts himalayens – à témoin le très intrigant «Omni omni omni» qui ouvre le disque, et dont on ne peut s'empêcher de relever le «om» trois fois répété. La suite (et dès «Spectre», deuxième morceau) se prend comme un voyage à vitesse réduite dans des dimensions qui s'interpénètrent. Parfait pour un coucher de soleil.

Orchestra of Spheres. Première partie: Hyperculte. Dans le cadre des Ecoutes au Vert. Me 26 juillet, dès 20h. Genève, Bains des Pâquis. Davantage d'informations sur la page Facebook d'Ecoutes au Vert.