A l’échelle d’une vie humaine, 76 ans, c’est assez pour apprendre à se connaître, apprivoiser ses origines, digérer l’héritage de ses parents. Pas pour Hildegard Müller. Cette femme est une énigme pour elle-même: son histoire est un des angles morts de la Seconde Guerre mondiale. Elle est née dans un Lebensborn, ces maternités spéciales où les médecins du IIIe Reich mettaient des femmes de type nordique au service de la création d’une race aryenne supérieure.