Ouvriers fondus d’art

Documentaire «Tout feu, tout flamme»

Les sculptures d’Urs Fischer ou de Paul McCarthy impressionnent le public des galeries et des biennales par leurs formes et leurs volumes. Dans la fonderie d’art de Saint-Gall, et dans sa succursale de Shanghai, Iwan Schumacher est allé à la rencontre des artisans dont le savoir a permis l’érection de ces masses saisissantes.

Leur travail est envoûtant, comme la fonte de la cloche dans la dernière partie d’Andreï Roublev de Tarkovski. Gestes séculaires, jaillissement incandescent du métal en fusion, la beauté et le danger unis, «l’audace prométhéenne» des travailleurs du feu… La fondeuse Laila Pauli témoigne: elle a été d’emblée fascinée par la «vue du bronze liquide et le fait que ce soit un artisanat millénaire».

Par-delà le travail du cuivre, de la fonte, de la cire (les étonnantes sculptures fondantes de Fischer), de la résine époxy, Tout feu, tout flamme raconte l’histoire d’une entreprise née du déclin industriel suisse. Félix Lehner, ancien libraire reconverti, a créé la fonderie en 1983 en rachetant à bas prix des machines mises à l’encan lors de faillites. En conjuguant savoir-faire archaïque et technologies de pointe, et sans renoncer à des principes de management associatif, cet entrepreneur inspiré a conquis le monde et la confiance des artistes.

Blue cocorico

Héritier de Vulcain, l’artisan sort magnifié de Tout feu, tout flamme, tandis que l’artiste contemporain est ramené à sa juste dimension de démarcheur, de gloseur.

Ainsi Katharina Fritsch a-t-elle déposé à Trafalgar Square un coq bleu de 4,5 m de haut. Pour produire cette œuvre, des techniciens ont photographié un gallinacé en 3D, des ingénieurs ont reporté sa morphologie à l’échelle supérieure, les ouvriers de Saint-Gall se sont occupés du moulage de résine époxy et du montage des parties. Au vernissage de la sculpture, l’artiste allemande pérore: «J’ai senti qu’il fallait du bleu. Ni du jaune, ni du rouge, ni du vert, mais du bleu»… Lorsqu’en 1958 il a tenu le même raisonnement à propos des Schtroumpfs, Peyo n’a pas donné de conférence de presse…

VV Tout feu, tout flamme (Feuer & Flamme), d’Iwan Schumacher (Suisse, 2014). 1h26.