Musique

Au Paléo, blousons noirs contre training rose

Les fidèles du festival nyonnais ne le savent que trop bien, ils doivent faire des choix. Ce mercredi, ils seront par exemple sommés de choisir entre le rock abrasif de Black Rebel Motorcycle Club et la pop bigarrée d’Angèle

Une soirée au Paléo, c’est la douloureuse promesse de devoir faire des choix. Et on ne parle pas ici de gastronomie, mais bien de musique. Seize concerts sont programmés chaque jour sur la plaine de l’Asse, et évidemment il est impossible de tous les suivre. Mardi, il fallait par exemple se décider entre le blues-rock de Kaleo sur la Grande Scène, et son pendant soul-rock, avec la présence d’Algiers au Détour. A savoir deux groupes programmés sur le coup de 20h, et potentiellement destinés au même public. Et mercredi, c’est entre les concerts de Black Rebel Motorcycle Club aux Arches et Angèle au Club Tent qu’il faut trancher. Deux styles opposés, certes, mais avec une même promesse, celle d’une prestation scénique intense.

C’est en 2001 que le Black Rebel Motorcycle Club – nom emprunté au gang de bikers formé par Marlon Brando dans L’équipée sauvage, classique réalisé par Laszlo Benedek en 1953 – débarquait sur la carte du rock. Avec un premier album (B.R.M.C.) sidérant dans sa manière de revisiter en onze titres un demi-siècle d’histoire. Psychédélisme californien, shoegaze à l’anglaise, punk, garage, blues, le trio formé trois ans plus tôt à San Francisco se posait alors en alternative bienvenue aux Strokes, ces New-Yorkais autoproclamés sauveurs du rock, mais plus atrocement poseurs que profondément habités – on se souvient d’ailleurs de leur peu convaincante prestation au Paléo en 2011. Sorti en janvier dernier, le huitième album du trio, Wrong Creatures, creusait le sillon d’un rock sombre aux accents noisy.

Chansons décalées

Autre continent, autres influences, mais même approche organique de la musique: Angèle est Belge, elle n’a que 22 ans mais elle est déjà un des phénomènes de l’année alors que son premier album n’est pas encore sorti – elle l’annonce pour début octobre. Aperçue vendredi dernier sur la scène du Montreux Jazz Lab, où elle a précédé le rappeur Lomepal, la Bruxelloise a instantanément mis dans sa poche un public (très) jeune avec ses chansons décalées puisant à la fois dans la pop, l’électro et le hip-hop, avec même çà et là des sonorités héritées des musiques jamaïcaines et caribéennes.

Silhouette longiligne, blondeur éclatante, pantalon de training – rose à Montreux – et top sexy. Angèle cultive un look hérité du mouvement hip-hop, affiche une décontraction décomplexée qui séduit instantanément, au-delà de ses chansons. Lesquelles, lorsqu’on y prête attention, possèdent souvent un intéressant ancrage social. Sur La thune, elle évoque par exemple la solitude que peut engendrer, à l’heure de la superficialité érigée en valeur suprême, un abus de réseaux sociaux. On ne dira pas que la Belge est engagée, mais ses textes ont le mérite, souvent sur un mode décalé, de dire quelque chose.

Angèle Van Laeken a de qui tenir: son père est lui aussi chanteur, tandis que sa mère est comédienne. Quant à son frère aîné, un certain Roméo Elvis, il fait partie de la relève du rap francophone; il sera vendredi à Paléo, après ses passages récents aux Docks lausannois et à Festi’Neuch. Il est frappant de voir à quel point Angèle et lui occupent la scène de la même manière. On les imagine bien, gamins, improvisant des chorégraphies, répétant les mêmes mouvements.

Sous le soleil exactement

Rien ne rapproche les rockeurs américains de la jeune Bruxelloise. Et c’est justement ce genre de grand écart qui fait la force du Paléo, où les gens viennent applaudir un groupe aimé et découvrent au final un artiste qu’ils n’auraient autrement jamais vu. Lorsqu’à 19h45 le BRMC prendra possession des Arches, il devrait faire chaud, très chaud. Du rock sombre sous le soleil couchant, le contraste est toujours intéressant. Angèle, elle, débarquera quinze minutes plus tard dans le plus intime Club Tent. Elle n’a donc pas encore sorti d’album et a pour l’heure un répertoire limité – 45 minutes de concert à Montreux. On aura l’occasion de la revoir. Souvent. Tandis que le Black Rebel Motorcycle Club se fait depuis quelques années, lui, plus rare.


Black Rebel Motorcycle Club en concert au Paléo Festival, Les Arches, mercredi 18 juillet à 19h45.

Angèle en concert au Paléo Festival, Club Tent, mercredi 18 juillet à 20h.

Publicité