Cannes

Palme d’or pour «Amour» de l’Autrichien Michael Haneke

La Palme d’or du 65e Festival de Cannes a été décernée dimanche au film «Amour» de Michael Haneke, histoire d’un mari amoureux et attentionné qui accompagne son épouse qui s’en va vers la mort.Le film de Michael Haneke a dominé la Compétition; il domine logiquement le Palmarès

La Palme d’or a été attribuée à Amour, de Michael Haneke. C’est comme une évidence, car ce film recèle une lumière unique. Nanni Moretti, président du Jury, avait dit dès le début des festivités qu’il entendait récompenser un film surprenant. Le cinéma raffole des d’histoires d’amour, mais la majorité d’entre elles parlent des premiers feux de la passion; «Amour» évoque le bout de la route, les braises qui rougeoient sous la cendre du temps. Filmé avec une rigueur magistrale, interprété par deux comédiens bouleversants, Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, cette œuvre pleine de gravité, de douleur et de noblesse témoigne de la grandeur du cinéma. Michael Haneke, Palme d’or en 2009 avec Le Ruban blanc, entre dans le club fermé des Doubles Palmés – Coppola, Kusturica, les Dardenne, Bille August…

En annonçant Amour, Nanni Moretti a rappelé la contribution fondamentale des comédiens. Jean-Louis Trintignant, qu’on n’avait plus vu depuis des lustres au cinéma, a rajouté de la grandeur à la grandeur en disant un bref poème de Prévert: «Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple?».

Le Grand Prix va à Reality, de Matteo Garrone, un film qui, renouant avec la grande comédie italienne, suit un poissonnier napolitain que l’envie de participer à une émission de télé-réalité rend fou.

Prix d’interprétation féminine: Cosmina Stratan et Cristina Flutur qui tiennent dans Au-delà des collines, de Cristian Mungiu, le rôle de deux amoureuses. Prix d’interprétation masculine: Mads Mikkelsen qui incarne dans La Chasse, de Thomas Vinterberg, un citoyen injustement accusé de pédophilie

Le Prix le plus surprenant est celui de la mise en scène attribué à Carlos Reygadas pour Post Tenebras Lux, sans conteste le film le plus prétentieux et le plus creux de la Compétition. Mais il est vrai qu’il contient des plans superbes. Le Roumain Cristian Mungiu, qui a gagné la Palme d’or en 2007 avec 4 mois, 3 semaines, 2 jours remporte le Prix du scénario pour Au-delà des collines, et le Prix du jury est décerné à La part des anges, une désopilante comédie sociale de Ken Loach.

Il y a des perdants, forcément. Mud, de Jeff Nichols, De Rouille et d’os, de Jacques Audiard. Cosmopolis, de David Cronenberg. Et les journalistes français qui, tellement heureux d’avoir retrouvé Leos Carax en pleine forme avec Holy Motors, le voyaient déjà couronné.

La Caméra d’Or récompense Les bêtes du sud sauvage, premier film de Benh Zeitlin, un verset de l’Apocalypse joué dans les bayous.

Publicité