Récit

Paris, années 70, la nuit...

Patrick Mauriès entraîne son lecteur dans les nuits parisiennes, où un café sert de centre aux âmes tourmentées et aux coprs égarés qui les traversent

Dans un autre récit à la fois sensible et halluciné, paru simultanément chez Gallimard, Patrick Mauriès entraîne le lecteur dans une autre promenade, plus proche de nous, à travers le Paris nocturne des années 1970. Un univers surgit des errances d’un homme abandonné par son amant. On dirait que l’amour de la promenade, du regard occupé à saisir l’instant, transcende la tristesse et même le désespoir. Un café sert de centre à ces dérapages nocturnes qui laissent voir, telles de fantomatiques silhouettes, les âmes tourmentées et les corps égarés de Roland Barthes, Andy Warhol ou Yves Saint Laurent. Des figures éphémères traversent une nuit de travestis sarcastiques et d’androgynes engagés dans d’impossibles désirs.

Soirs de Paris, Gallimard, 67 p.

Publicité