Ce compte-rendu de l'exposition du Musée d'Orsay est suivi plus bas d'un entretien avec son co-commisssaire Paul Müller, qui revient sur les liens qu'entretenaient les artistes suisses avec la France dans les années 1900-1914

Abritée sous un chapeau de paille, elle se tient droite, en plein midi, entre ciel et terre, dans un paysage de haute montagne. Les pieds solidement ancrés dans l’alpage, sous une voûte céleste d’un bleu intense, la jeune bergère peinte par Giovanni Segantini (Midi dans les Alpes, 1891) scrute l’horizon immergée dans sa contemplation. Le Pommier (1907), de Cuno Amiet, est une autre scène intense et émouvante de vie paysanne. Un houppier vert tendre en forme de pomme constellé d’une multitude de petites taches rouges qui rappelle des tableaux de Gustav Klimt crève la surface picturale. Sous l’arbre, des petits personnages en costume traditionnel bernois s’affairent à ramasser les pommes.

Cinéma:Giovanni Segantini fait jaillir la lumière de la toile