«Sur son mur Facebook, Barack Obama a posté un GIF de COP21»

La phrase vous paraît simple. Mais en 2000, personne ne l’aurait comprise. Qui est ce Barack Obama? Un facteur? Un prisonnier balèze qui écrit sur les murs de sa cellule? Et qu’est-ce que c’est: un Facebook? A l’oreille, un francophone un peu vicieux aurait probablement imaginé une sorte de dazibao où se défouler avec des graffitis obscènes. En réalité, c’est plutôt le contraire. Pas le moindre sein, pas la moindre fesse sur le réseau social créé par Mark Zuckerberg en 2004, rendu accessible à tous en 2006, et qui comprend aujourd’hui 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde. Même étonnement avec ce GIF, pourtant élu «mot de l’année» par le dictionnaire d’Oxford University Press, qui désigne une petite animation numérique. On ne fera pas l’affront de rappeler ce qu’est la COP21.

En quinze ans, de nombreux mots, anglicismes, expressions ou acronymes sont apparus qui définissent des réalités qui étaient inconnues quinze ans plus tôt. Les réseaux sociaux, nés avec le millénaire, ont engendré un vocabulaire inédit, tout comme la téléphonie, l’économie, l’alimentation ou les modes de vie de plus en plus urbains. En 26 lettres, le Temps a imaginé un abécédaire de secours, une sorte de trousse d’urgence pour quelqu’un qui aurait été cryogénisé en 1999 et dégelé à Noël. Attention, il comprend quelques faux amis.


 A comme avatar  On commence doucement. Avatar vient du sanskrit et définit chacune des incarnations de Vishnou dans la religion hindoue. Mais le terme s’est totalement démocratisé avec les jeux vidéo, notamment «Second Life» en 2003, où l’avatar devient le double graphique et idéalisé de l’utilisateur. Le film éponyme de James Cameron en 2009 a fini de le rendre indispensable.

 B comme bitcoin  Créé en 2009, le Bitcoin est à la fois un système de paiement, un protocole et une monnaie. Il s’échange de personne à personne sur Internet contre d’autres devises (euro, dollar, yen…), en dehors des réseaux bancaires traditionnels. Les plus snobs trouvent déjà le bitcoin démodé tandis que le commun des mortels a tendance à s’en méfier. «Pourquoi ferait-on plus confiance à l’argent des geeks plutôt qu’à celui de la banque centrale? Les geeks vous ont apporté l’Internet. Les Banques vous ont apporté la Grande Dépression.»

 comme chat  Attention faux amis! Un chat n’est pas un chat. Ici, il s’agit d’une messagerie instantanée qui permet l’échange de messages et fichiers entre plusieurs usagers. Mais comme les chats n’aiment pas être délogés, ils ont vite repris leurs droits sur Internet où sous l’appellation «lolcats», ils sont devenus les rois du rire.

 

 D comme data  Pour la ménagère d’avant 2000, le data évoquait la date de péremption d’un aliment. Pour une manager post-2000, le data est une denrée précieuse puisque le pouvoir, c’est l’information. Le data est l’ensemble des données numériques qu’il s’agit de capturer, mettre en forme, stocker, partager, analyser et visualiser pour en tirer les meilleurs enseignements. Ses applications sont innombrables. Si votre enfant vous dit: «Plus tard, je veux être data scientist», encouragez-le, c’est un métier d’avenir.

 E, le préfixe  C’est le préfixe pour désigner les objets électroniques connectés. Qui aurait pensé qu’on pouvait réserver son billet d’avion depuis son ordinateur (e-booking), acheter ses cadeaux de Noël sans bouger de chez soi (e-commerce) ou élire son candidat d’un petit clic (e-vote)?

 F comme Fukushima  Il y a eu Hiroshima laminé par la bombe atomique. Il y a désormais Fukushima, emblème de la catastrophe nucléaire, suite à un violent séisme, provoquant un tsunami. On parle de 20 000 morts, directs ou indirects. C’était le 11 mars 2011. Le onze, chiffre porte-malheur de ce début de millénaire, inauguré par les attentats-suicide les plus meurtriers de l’histoire, le 11 septembre 2001.

 G comme Grexit  Sortira? Sortira pas? Le Grexit, exclusion ou sortie volontaire de la Grèce de la zone euro, nous a tenu en haleine l’été dernier. Il fait écho au Brexit, l’autre sortant potentiel. L’Europe, minée par la crise de la dette publique, a perdu beaucoup de charme en dix ans.

 H comme hashtag  Aux francophones qui comparent le hashtag à un éternuement, les Québécois ont opté pour «mot-dièse». C’est la forme graphique du # (hash en anglais). Il est suivi d’un ou de plusieurs mots accolés qui permet de valoriser un contenu pour engager la conversation entre plusieurs usagers. Exemple:#lolcats pour partager des histoire de félins rigolos. A fait son entrée dans le Petit Larousse et le Petit Robert en 2014.

 I comme it  Pour it. Petit pronom neutre mais terriblement prescripteur. Le it-bag, c’est le sac qu’il faut avoir. Pourquoi? Pour devenir une it-girl, bien sûr, une fille qui bénéficie de toutes les attentions médiatiques.

taylor swift

Photo: Taylor Swift - Reuters

 J comme Jobs  Le Michel Ange de l’électronique pour tous, c’est lui, Steve Jobs. On lui doit plus de 338 inventions déposées, dont les fameux Macintosh en 1984, l’iPod en 2001 (baladeur numérique), l’iPhone en 2007 (premier téléphone intelligent, dit «smartphone») ou encore l’iPad 2010 (tablette multitâches à écran tactile à la puissance d’un ordinateur). Steve Jobs est mort en 2011.

 K comme Kardashian  C’est la it-family, celle qui a compris que la célébrité était un talent, et que pour le monétiser, il valait mieux être plusieurs. Persévérance, culot, goût du drame, sens de la mise en scène et esprit de famille président à leur destin. En télé-réalité ou sur les réseaux sociaux, la famille Kardashian a tout fait – mariages, divorces, sexe-tape, scandales, alcoolisme, récit détaillé de ses maladies, échographie de ses maternités, changement de sexe - en échange de visibilité. Le clan K est aujourd’hui milliardaire.

 comme LGBTQQ12SA  C’est la plus longue des abréviations. Au départ, c’était LGBT pour «lesbienne, gay, bisexuel et trans». Mais la famille s’est agrandie avec Q pour «queer» et I pour «Incertain». Puis, dans sa volonté de n’exclure personne, le code s’est encore allongé. C’est désormais LGBTQQ12SA, officiellement adopté à Toronto en 2014, soit, en français: «lesbienne, gay, bisexuel/.le, transgenre, transsexuel/.le, se posant des questions, queer, intersexe, à genre variable, et enfin allié/.es soutenant ce combat pour l’inclusion». On peut continuer à l’infini. C’est le 3,14 de l’acronyme.

 M comme Mobinaute  Si vous êtes en train de lire cet article sur votre tablette ou mobile, vous êtes un mobinaute.

 N comme nomophobie  En 2000, on connaissait déjà le téléphone portable. Il servait à se parler, à s’envoyer des textos et parfois à prendre des photos. Aujourd’hui, il s’appelle smartphone. Avec ce un mini-ordinateur portatif, on peut tout faire: jouer, lire les journaux, visionner des films, être actif sur les réseaux sociaux, faire suivre ses courriers et des dossiers, travailler depuis chez soi, réserver ses vacances, et parfois téléphoner. C’est la baguette magique du XXIe siècle. Alors imaginez l’angoisse quand on la perd ou qu’on s’en éloigne plus d’une heure. Terrible! Et cette terreur porte un nom: la nomophobie.

 comme open   L’abolition des privilèges en ce début de XXIe siècle se dit open (ouvert, parfois gratuit et public): open- office, open-data, open-access. Très en vogue au début du millénaire, on semble un peu moins enthousiaste en 2015, depuis que plusieurs études ont montré que les open-space rendaient fou et moins productif.

 P comme piner  Attention immense contresens. Piner n’est pas un terme argotique pour dire «faire l’amour», c’est une activité très noble qui consiste à épingler des photos pour en faire une collection sur Pinterest, site crée en 2010, dont la vocation est le partage d’images.

 comme quinoa C’est l’aliment miracle. Sans gluten (la nouvelle allergie universelle), riche en fibres et pleine de vertus énergétiques, le quinoa est passé des officines bio aux selfs les plus approximatifs en moins de dix ans. Connue et consommée depuis 5000 ans sur les hauts plateaux d’Amérique du sud, cette céréale qui n’en est pas une est désormais cultivée en Europe.

quinoa

Photo: Récolte de quinoa en Bolivie - Reuters

 R comme réseaux sociaux  Des réseaux sociaux, il y a en depuis qu’on sait construire un village. Sauf qu’ici, le village est devenu global, qu’il permet de relier d’un clic deux personnes à l’autre bout du monde et d’échanger en temps réel messages, contenus, photos, vidéos.

 comme selfie  Les Québécois, toujours eux, préfèrent le terme d’égo-portrait à celui de selfie pour désigner ces images prises de soi par un smartphone, et destinées à être partagées. «Je pense qu’il faut 15 à 20 tentatives avant de poster le bon selfie», estime la Rembrandt du genre, Kim Kardashian.

obama selfie

Photo: Récolte de quinoa en Bolivie - Reuters

 T comme Twitter  Téléphone arabe et tam-tam africain à l’ère d’Internet, autrement dit: Twitter.

 U comme ubérisation  C’est le mot qui aura marqué 2015. L’ubérisation consiste à mettre à disposition des clients, depuis leurs smartphones, des services à bas prix, à tous moments, grâce à une main-d’œuvre à la demande. La tendance touche tous les secteurs de l’économie. Pour les pessimistes, c’est la fin du code du travail et le démantèlement du salariat. Pour les plus optimistes, c’est un modèle qui épouse les deux révolutions de ce début de millénaire: la mobilité et les technologies numériques. Airbnb, booking.com ou Amazon sont uber.

 comme vapoter  C’est une révolution? Oui, puisque tirer sur sa e-cigarette fait mentir le vieux dicton: il n’y a pas de fumée sans feu.

 comme Wikipedia  C’estPersonne n’y croyait vraiment en 2001, année de sa création. Wikipedia, l’encyclopédie universelle, multilingue (291 langues), libre d’accès, rapide dans ses mises à jour et participative constitue une des plus belles réussites d’Internet.

 X comme un bisou  Si votre texto se termine par x, ce n’est pas un anonyme qui vous l’a envoyé mais une marque d’affection. x = bisou

 Y comme yolo  Très utilisé sur Internet. L’acronyme Yolo pour «You only live once», soit «On ne vit qu’une seule fois», s’emploie en général avant de faire un truc vraiment stupide. «Je vais manger quinze paquets de chips à la mayo. Yolo!»

 Z comme zenitude  Pour supporter tout ce qui précède, un mot, un seul: zenitude, le zénith de la béatitude.