Aller au contenu principal

questions de langue

Parlez-vous suisse romand?

Les mots des Romands chatouillent les oreilles des francophones non suisses. «Volée», «natel» ou «verrée», les helvétismes participent de la vigueur de la langue française. Petite sélection (non) exhaustive

Les helvétismes sont ces mots ou tournures d’expression ou qui n’existent qu’en Suisse – plusieurs centaines sont répertoriées – ou qui prennent un sens légèrement différent dans la Confédération de celui que leur donnent les dictionnaires: ainsi «bâcher» signifie recouvrir d’une bâche en français orthodoxe, tandis que tout Romand sait qu’il est en train de finir une corvée lorsqu’il la bâche… Pesées d’intérêts et autogoals, à vos marques. Nous avons retenu quatre domaines thématiques, avec en bonus, à chaque fois, une petite phrase très très helvétique, pour vous tester.


 1  Les helvétismes politiques

La politique suisse, exotique? Certainement. Un pays avec des partis de miliciens, où les accords à bout touchant finissent sous toit dès qu’on est entré en matière – cela retient l’attention. Enfin, l’attention des Français. Et probablement aussi celle de tous les francophones du Québec, de Haïti ou d’Afrique de l’ouest, pas forcément au fait des subtilités du français de Suisse romande. Prenez la dernière «rocade de dicastères», au gouvernement. Que comprendre, quand on n’est pas né au pays de la concordance? Les rocades des dictionnaires français sont de belles routes qui filent tout doit d’un lieu à un autre, rien à voir donc avec les redistributions de postes au sein du Conseil fédéral, qui empruntent plutôt aux sentiers tortueux, et pleins d’arrière-pensées. Quant aux dicastères – ils sont inconnus au bataillon des non-catholiques versés dans les choses du Vatican, ce qui est plutôt courant en France. Vaguement, ils font penser aux ministères – quand on aime l’étymologie. Alors? La rocade de dicastères donne à voir une grand-route rectiligne, avec de chaque côté des bureaux, des départements, des offices, des ministères, il n’y a qu’à se pencher – un rêve de politicien.

Bonus

Aviez-vous reconnu tous ces helvétismes? «Les papables n’avaient pas anticipé le coup de sac. En séance, un tournus avait pourtant été décidé. Mais cela n’a pas joué. Un chenis invraisemblable, selon tous les éditorialistes…»

Lire aussi: Usage de la langue française à Berne: Fathi Derder contre les «cuistres» alémaniques


 2  Les helvétismes économiques

Noir c’est noir, chantait un célèbre francophone. Sauf lorsqu’il s’agit de chiffres, bien sûr. Enfin, bien sûr pour les Suisses romands, car les Français ne connaissent pas l’expression. Leurs entreprises, leurs bilans, leurs résultats peuvent bien être «dans le rouge», les «chiffres noirs» n’ont pas franchi la frontière de l’Hexagone; les mauvaises langues en tireront les conséquences qu’elles voudront en matière de places de travail.

Qui dira les surprises quotidiennes des frontaliers qui viennent travailler en Suisse? Ils découvrent qu’on peut deviser un projet – alors que chez eux, deviser sert principalement à échanger paisiblement, lors d’une conversation. Ils apprennent que la hausse du franc prétérite les exportations – le mot n’évoquant une aggravation qu’aux germanophones et aux latinistes. Enfin ils découvrent les organisations faîtières, et apprennent à écrire en un seul mot economiesuisse, Travailsuisse ou Avenirsuisse. Dissimulés dans les plis du grand manteau francophone, tous ces helvétismes signalent le natif, l’autochtone, le Romand. Pour lui d’ailleurs, le frontalier ne vient pas de France, mais de France voisine. Sympathique façon de lui dire bonjour, bienvenue presque, puisque s’il y a une France voisine, il doit bien y avoir une autre France, forcément plus lointaine et hostile.

Bonus

Aviez-vous reconnu tous ces helvétismes? La cheffe de la pharma a décidé de biffer des centaines de places de travail, car la crise a péjoré les résultats. Une séance avec les syndicats est agendée. Quel petchi, regrettent les employés.


 3  Les helvétismes de l’école

«J’ai fait six en maths!» Et quoi? Alors que l’écolier se réjouit, le regard du Français est perplexe. Chez lui, on a 20 pour un travail parfait… L’école romande, donc. Si les mots ont un sens, alors l’école enfantine doit davantage s’intéresser aux élèves que son équivalent français, la maternelle qui s’occupe, elle… des mamans. En Suisse romande, les parents fourrent les livres au début de l’année, parfois même ils les doublent au fourré, tandis que leurs collègues de France se contentent de les recouvrir. Dans les cantons, on courbe les cours, que les Français sèchent. Encore? Les écoles universitaires de Suisse sont hautes, alors qu’elles sont grandes en France. Le plus léger des helvétismes, maintenant: l’école des Romands forme des volées. Sur la branche, des moineaux sur le départ, et qui piaffent – forcément: des étudiants en fin de formation, prêts à apporter vie et jeunesse là où ils iront se poser et travailler. Pour cette même réalité d’une classe d’élèves, les Français parlent de promotion, probable héritage de la IIIe République, quand avancement et réussite récompensaient à coup sûr l’heureux titulaire de diplômes. Ainsi, Ségolène Royal, François Hollande et Dominique de Villepin faisaient tous les trois partie de la promotion Voltaire de l’ENA, en 1980. Leurs carrières se sont envolées depuis – la question devenant: peut-on ensuite changer de branche?

Bonus

Aviez-vous reconnu tous ces helvétismes? Réunis dans l’aula pour le dies, les jeunes diplômés avaient enfin la preuve qu’ils avaient eu raison d’accepter la hausse de l’écolage. Une verrée allait suivre, ensuite ils iraient au stamm.


 4   Les helvétismes du quotidien

Il y a bien une façon romande de faire le ménage. Comme les Belges ont la loque à reloqueter et les Français du Nord la wassingue, les Suisses francophones ont leur propre serpillière, la panosse, qui peut s’accompagner de papier ménage, d’une patte, voire d’une patte à poussière, me souffle un confrère valaisan, de quoi tout bien nettoyer, tout poutzer. Ecoutons seulement. «La patte à poussière n’est plus dans le galetas, elle a dû être remisée.» Merveilleuse langue romande, qui aurait pu fournir une épeuclée de messages codés à la BBC. «Mais prends-la sans autre, elle est restée dans le réduit.» Sans autre quoi? Le Français restera sur sa faim, l’expression s’arrête là.

La faim justement, avec le meilleur de la Suisse romande: les papets, les longeoles, la raclette, la fondue – les deux dernières ayant depuis longtemps traversé la frontière. Les innombrables fromages donc, plus nombreux encore qu’en France, tant pis pour De Gaulle. Le gruyère fait la jonction, fleuron disputé dans les deux pays. Les spaetzli et les rösti plus suisses que romands n’en sont pas moins délicieux. Une petite arvine dans un carnotzet, rien de tel. Il ne reste plus qu’à inviter les Français à venir déguster, pour peu qu’ils arrivent à l’heure: le déjeuner suisse est devenu petit en France, le dîner suisse le déjeuner français et le dîner français le souper suisse. Toujours là? Alors, ça joue pour vous.

Bonus

Aviez-vous reconnu tous ces helvétismes? «Tu arrives à me dire si tu viens au botellon? Ça joue, on prendra une croûte au fromage avec trois décis, c’est bonnard


Article publié initialement en 2010, pour le Sommet de la Francophonie de Montreux.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a