Enfants

Paroles de sagesse

Deux ouvrages aident à répondre aux questions des enfants, qu’elles portent sur leur quotidien ou sur des événements aussi tragiques qu’exceptionnels

Sept brefs chapitres pour évoquer de grandes interrogations: Socrate (un garçonnet on ne peut plus contemporain) et son papa discutent beaucoup dans le premier livre pour jeunes lecteurs du philosophe norvégien Einar Øverenget.

«N’y a-t-il que ce que nous sommes capables de voir qui soit réel?» «D’où viennent les pensées?» «Quelles sont les raisons de ce qui se passe autour de nous?» Un paragraphe introduit la problématique avant que celle-ci ne soit reprise avec des mots plus enfantins et illustrée par un échange entre le père et le fils. Dans la voiture, en promenade, assis au bord du lit. Parce que la philosophie, ça se pratique (mine de rien) à n’importe quel moment, lorsque les questions viennent aux lèvres. C’est bien d’avoir un papa comme celui de Socrate, qui prend ces interrogations au sérieux et, par le dialogue, permet à l’enfant de s’approcher, peut-être, d’une réponse. Quand ce n’est pas lui-même qui voit les choses à la façon de son fils et en éprouve beaucoup de plaisir. Les collages d’Øyvind Torseter contribuent sans conteste au charme de cet ouvrage, où la pensée et la réflexion cohabitent très naturellement avec le quotidien d’un duo attachant.

Contre la barbarie 

Combien de fois a-t-on souligné ici le côté militant des éditions Rue du monde? J’atteste contre la barbarieen est une nouvelle preuve: écrit après l'attentat contre Charlie Hebdo, il a dû être malheureusement repris pour pouvoir parler aussi de ceux du 13 novembre.
L’ouvrage se lit en deux temps: tout d’abord le poème d’Abdellatif Laâbi, dont voici le début: «J’atteste qu’il n’y a d’Etre humain que Celui dont le cœur tremble d’amour pour tous ses frères en humanité». Quelques lignes qui disent l’attachement à la vie, à la liberté et au respect de l’autre. Faisant écho aux paroles du poète marocain, les peintures affirmées de Zaü alternent avec des plans rapprochés et des hommes en marche, qui portent sur la tête le symbole chanté ou dénoncé: cœur, colombe, corbeau noir.
Puis vient la partie documentaire, où Alain Serres expose dans un récit 
très factuel et avec une grande clarté 
les événements ayant endeuillé la France en 2015, tandis que des photographies illustrent ces propos qui invitent à 
vivre ensemble et à refuser la peur. 

Einar Øverenget

Illustr. d’Øyvind Torseter

Trad. d’Aude Pasquier

Socrate et son papa

La Joie de lire. Dès 6 ans.

****


Poème d’Abdellatif Laâbi

Illustr. de Zaü

Dossier d’Alain Serres

J’atteste contre la barbarie

Rue du monde. Dès 9 ans.

***

Publicité