Genre: JAZZ
Qui ? Marcel Loeffler
Titre: Images
Chez qui ? (Plus Loin Musique/Musicora)

Et toujours cette poésie du bonheur à portée de notes! Marcel Loeffler est aujourd’hui, parmi les accordéonistes émancipés de l’après-Galliano, celui qui s’y entend le mieux à explorer les ailleurs et à ressusciter les autrefois qui sont un peu la part divine d’un instrument si longtemps et si bêtement méprisé par les gens sérieux. Il le fait ici avec la sincérité sans emphase qui le distingue de praticiens plus rusés que lui en termes de stratégie médiatique. Loeffler, c’est à la fois l’héritage populaire assumé et magnifié (écoutez «Ovation»: on est en plein réalisme poétique à la ­Carné-Prévert) et le goût du ­balayage, plus instinctif que programmé, de zones stylistiquement plus étanches à l’accordéon. Soit une double personnalité qui pourrait virer à la schizophrénie et qui prend, contre toute attente, le visage offert d’une harmonie épanouie.

Un naturel qui, assez logiquement, choisit pour s’épancher la voie d’un répertoire presque exclusivement personnel: manière de dire que les histoires sont là, au fond du cœur (qu’un musicien est censé avoir plus grand que les autres), et qu’il suffit d’un coup de pouce ou d’autre chose pour les enfanter. Encore faut-il, une fois conçues, s’occuper d’elles. Loeffler possède cet art de mettre en valeur, sans les surcharger, des compositions remarquablement ouvertes: telle («Spring») accueille soudain des éclats de reggae, telle autre («Goût bulgare») se clôt sur un contrepoint sinueux entre le piano à bretelles du boss et le piano à dentelles de Jean-Yves Jung.