Piano

Partitas 2, 3 et 4 de Bach, par Muray Perahia

C’est l’autre orfèvre américain du piano émigré à Londres. Il partage avec Stephen Kovacevich le goût d’un répertoire axé sur les grands classiques (Bach, Mozart, Beethoven, Schubert), ainsi que cette manière de jouer chaque note sur le fil, d’inventer chaque nuance dans l’instant. Si Kovacevich est avant tout un beethovénien, Murray Perahia, lui, a embrassé Bach aussi tardivement que passionnément. Et si l’un est épris d’accélération, l’autre se plaît dans la sérénité d’un phrasé puissamment vocal. Ces trois Partitas reflètent la recherche d’équilibre entamée par le pianiste à la fin des années 90, après que la découverte d’une malformation au niveau de son pouce a quelque peu ralenti sa carrière.

C’est l’autre orfèvre américain du piano émigré à Londres. Il partage avec Stephen Kovacevich le goût d’un répertoire axé sur les grands classiques (Bach, Mozart, Beethoven, Schubert), ainsi que cette manière de jouer chaque note sur le fil, d’inventer chaque nuance dans l’instant. Si Kovacevich est avant tout un beethovénien, Murray Perahia, lui, a embrassé Bach aussi tardivement que passionnément. Et si l’un est épris d’accélération, l’autre se plaît dans la sérénité d’un phrasé puissamment vocal. Ces trois Partitas reflètent la recherche d’équilibre entamée par le pianiste à la fin des années 90, après que la découverte d’une malformation au niveau de son pouce a quelque peu ralenti sa carrière.

Publicité