Pop et colorés, se détachant de fonds noirs comme la nuit, ils ressemblent à des abstractions. Les néons qu’a photographiés Pascal Greco dans les rues de Hongkong, plus que de simples enseignes, sont de véritables œuvres d’art. C’est à travers les films de Wong Kar-wai que le Genevois a découvert «leur lumière aux effets multicolores et glamours, leur design parfois kitsch, l’ambiance à la fois festive et nostalgique qu’ils dégagent», écrit-il en postface de Hong Kong Neon, l’ouvrage qu’il vernit cette fin de semaine et qui fait suite à une série consacrée à l’architecture de la métropole asiatique.

A lire: «Shadow», lente descente vers la folie