Genre: POCHE
Qui ? Pat Conroy
Titre: Charleston Sud
Traduit de l’américain par Marie-Lise et Guillaume Marlière
Chez qui ? Le Livre de Poche, 798 p.

C’ est en Caroline du Sud que Pat Conroy situe la plupart de ses romans, un déchaînement de bruit et de fureur qui s’inspire de Faulkner, entre autres. Les lecteurs du Prince des marées savent de quoi il retourne: jamais le vent de la folie et de la violence n’a soufflé si fort que dans ce livre-là. Avec Charleston Sud , Conroy revient à ses obsessions en débusquant tous les démons du Deep South, une terre qui se calcine sous un soleil noir. Nous sommes à Charleston, un port de Caroline du Sud où les tempêtes les plus redoutables sont celles qui ravagent les cœurs. Leo, le narrateur, a vécu une enfance heureuse entre une mère admiratrice de Joyce et un père «qui savait transformer le ciel en rébus étoilé». Et puis, soudain, un jour de juin 1969, il a retrouvé son frère Steve au fond de la baignoire, gorge et veines tranchées. Ce suicide – dont Conroy dévoile la cause sordide à la fin du roman – va hanter le jeune Leo, qui raconte son adolescence foudroyée, son mariage calamiteux avec une femme bientôt dévastée par la démence, et sa périlleuse traversée de l’âge adulte – son métier de journaliste ne l’empêchera pas de rester un naufragé, un éternel «funambule perché au-dessus de l’abîme». Bien d’autres personnages viendront se mêler à cet office des ténèbres où l’on découvre pourquoi «la famille est un sport de combat». Conroy n’a pas lésiné sur les effets spéciaux, jusqu’à ce que l’ouragan Hugo , qui ravagea la région en septembre 1989, finisse par s’inviter lui aussi dans ce récit très noir.