En 2018, la gare de Saint-Gall s'est mise à clignoter. A chaque seconde, une combinaison différente de croix, de cercles et de carrés apparaissait sur sa façade vitrée, au sud. Une horloge donc, mais dont il fallait déchiffrer le langage binaire pour saisir l'heure qu'elle indiquait.

C'était l'œuvre de l'artiste saint-gallois Norbert Möslang. Un maître du détournement, de l'inattendu. Non seulement dans les domaine des installations, mais aussi (et peut-être surtout) dans celui du son: le mot d'ordre de Möslang, c'est de prendre un malin plaisir à parasiter (en démantibulant, en reconnectant, hybridant) les objets du quotidien pour en actualiser les potentialités cachées. Vous avez déjà tenté de faire chanter une ampoule? Lui, oui; et c'est très beau. Et ça permet en plus de faire une très belle carrière: dès 1972 avec le duo Voice Crack, qu'il fonde avec Andy Guhl; en solo depuis 2002; le tout couronné par un Prix suisse de musique (la distinction de l'Office fédéral de la culture) en 2014.

A lire: Norbert Möslang, l’artisan du détournement

Revenons à la gare de Saint-Gall. Il devait être possible de convertir cette pulsation lumineuse à 60 bpm en un objet musical. Et de fait, Möslang a noirci une partition, pour créer, en 2020 chez le label polonais Bocian («cigogne»), une pièce nommée Patterns. Imaginée pour les Bâlois de l'Ensemble Phoenix (saxophone soprano, basson, clarinette, trompette, trombone, tuba), elle sera donnée ce samedi, par ladite formation, au BFM dans le cadre des larges festivités interdisciplinaires du trentième anniversaire de l'Orchestre de chambre de Genève.

Scindée en quatre mouvements tapant chacun dans le quart d'heure, Patterns est une œuvre parfaitement intriguante. Elle reproduit bien entendu le propos de l'installation dont elle est dérivée, en avançant de manière générale comme un métronome réglé à la seconde; mais elle s'extrait de ce qui pourrait être une pure régularité par toute une série de recoupements, de débordements, de dissonances qui se prolongent. Patterns (son instrumentarium l'indique) est une pièce faite pour les souffleurs; elle vibre au rythme très humain des poumons.