Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Détail de couverture.
© Folio

Livres

Patti Smith, guide idéale

L’artiste américaine aux multiples talents invite le lecteur à la suivre sur les sentiers de son panthéon personnel, où les êtres chers, la musique et la littérature sont révérés avec une grâce teintée de mélancolie

La musique et la littérature. Deux façons, pour Patti Smith, de «dessiner la carte de l’existence» et de dire le monde, avec la même grâce. Artiste toujours engagée, curieuse de tout, elle a réuni dans M Train un florilège de souvenirs, tout en ouvrant les portes de son panthéon personnel et de ses jardins secrets, tous ces lieux qui sont les foyers ardents d’une quête quasi spirituelle, entre le Pavillon d’Or de Kyoto, les tombes de Genet et de Rimbaud, la maison de Paul Bowles à Tanger ou celle de Frida Kahlo à Mexico.

Autant de pèlerinages où la rock star se confie aux ombres qui continuent à la hanter, avant de tendre la main aux êtres chers. Son père, un ouvrier boulimique de lectures. Son époux décédé en 1994, le guitariste Fred «Sonic» Smith, rencontré au début des seventies à Detroit. «Ensemble, nous nous réservions parfois le droit d’ignorer les aiguilles des cadrans. Notre mode de vie de l’époque paraît miraculeux», écrit Patti Smith, qui évoque également le modeste café de Greenwich Village qui fut sa thébaïde pendant de longues années – «un portail vers quelque part» où elle se réfugiait pour écrire.

Lire aussi: Sébastien Meier: «Patti Smith, moi, je la crois»

Un livre aussi profond que vagabond

Mais il y a aussi toutes ces digressions au fil desquelles l’auteure de Just Kids brosse son autoportrait. Son perpétuel sentiment de malaise – qui remonte sans doute à ses maladies d’enfance – et son incurable mélancolie, leitmotiv de ces confessions rédigées pour préserver ce qui menace de sombrer dans l’oubli, «toutes ces choses que nous cherchons en gros plan, comme nous cherchons nos mains en rêve». Bréviaire intime, invitation au voyage, hommage à la littérature, M Train est un livre aussi profond que vagabond, illustré par les photos que Patti Smith prend depuis toujours avec son inséparable Polaroid.


Patti Smith, «M Train», traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard, Folio, 300 p.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a