L’assemblée générale de l’association Le Livre sur les quais a entériné lundi soir les démissions de Pascal Vandenberghe, directeur général de Payot SA, de l’éditrice et présidente du comité du Livre sur les quais, Vera Michalski, et de l’éditeur Pierre-Marcel Favre (LT du 28.02.205). Le syndic de Morges, Vincent Jacques, a en revanche été élu lors de cette assemblée au sein du comité, en compagnie de l’ancienne préfète de Nyon, Nelly de Tscharner. Ils rejoignent ainsi l’éditeur d’Infolio, Frédéric Rossi, seul membre non-démissionnaire du comité.

Le départ de Pascal Vandenberghe a pour première conséquence de priver complètement la manifestation du soutien logistique et organisationnel de Payot Librairie. Pour le syndic de Morges, Vincent Jacques, nouveau membre du comité, il est clair que le premier défi qui attend l’association nouvelle mouture est de trouver «une bonne librairie pour nous aider» à continuer et à assurer le bon déroulement de la manifestation.

Deuxième priorité pour le festival, attirer de nouvelles personnalités au sein de sa direction: «Il va falloir travailler ces prochains mois à trouver pour le comité entre trois et quatre nouveaux membres», juge le syndic de Morges. Enfin, ce nouveau comité aura pour mission de trouver un ou une remplaçante professionnelle à Sylvie Berti-Rossi, la secrétaire générale, en charge aujourd’hui de l’organisation de l’édition 2015, mais dont le mandat expire l’an prochain.

Les pouvoirs publics s’engagent davantage au sein de Morges sur les quais, on le voit, avec l’arrivée de Vincent Jacques. Celui-ci s’est employé, sans succès, ces dernières semaines à réduire le fossé qui s’était creusé notamment entre Frédéric Rossi et Sylvie Berti-Rossi d’un côté et Pascal Vandenberghe, de l’autre. La lettre de démission de ce dernier le montre, les positions des uns et des autres, s’agissant aussi bien de la gestion passée du festival que de son futur, étaient devenues inconciliables. Impossible de continuer à travailler de conserve dans une atmosphère de soupçon et d’animosité.

Ce climat difficile semble expliquer d’ailleurs le départ de Vera Michalski qui dit démissionner, avant tout, «par instinct de conservation». Mais celle qui est aussi à la tête de la Fondation Jan Michalski souhaite vivement que l’aventure continue: «Longue vie à Livre sur les quais!» dit-elle d’emblée à l’issue de l’assemblée générale de lundi. Et d’expliquer que la Fondation Jan Michalski, qui s’est engagée cette année, maintient évidemment son appui à l’édition 2015. La Fondation réexaminera l’an prochain les demandes de soutien du Livre sur les quais en fonction du déroulement de l’édition 2015. «L’an prochain, nous verrons», résume Vera Michalski, qui, si elle se dit soulagée par son retrait, ne quitte pas de gaîté de cœur une manifestation dans laquelle elle s’est beaucoup engagée dès le début.