Rick Bass est l’un des piliers d’une école tranquillement buissonnière où se rassemblent des vagabonds de la littérature qui ont choisi de savourer la vie sauvage à la belle étoile, au cœur du Montana. C’est là, dans les méandres de la Yaak Valley, que Bass a déposé son baluchon, au mitan des années 1980. Auparavant, ce géologue bardé de diplômes travaillait dans une compagnie pétrolière du Mississippi, et puis, soudain, à 27 ans, il décida de tout plaquer, et d’aller sonder les âmes au lieu de forer la terre. Ses livres? Des manifestes écologiques qui sont surtout des condensés d’existence, des aventures métaphysiques vécues dans les tumultes de l’Ouest mythique. Lyrisme bucolique, musique des lointains, magie du Grand Ailleurs: Bass, c’est radio-cosmos, la fréquence idéale pour se réconcilier avec l’univers.

Lire aussi: Rick Bass, à la recherche du «Nashville Chrome»