#Un jour, un tweet

Et pendant ce temps, sur la Croisette…

A Cannes, il y a des réalisateurs qui viennent montrer leur film. Il y a aussi des stars qui viennent se montrer et qui, parfois, attirent encore plus l’attention

Jusqu’au 19 mai, le hashtag #Cannes2018 sera l’un des plus utilisés sur Twitter. Chaque jour, parmi les milliers de gazouillis générés par le festival, «Le Temps» en retient un, prétexte à parler de Cannes, du cinéma, mais pas seulement.

#Un jour, un tweet

Chronique 1/12: Séries industrielles contre cinéma poétique

Chronique 2/12: Amours contrariées et censurées

Chronique 3/12: Ryan Coogler, retour en star

A Cannes, ce vendredi, on a découvert un magnifique film polonais, supporté un film bancal réalisé par une jeune Syrienne installée à Paris, en attendant de s’immerger dans le très attendu nouveau long-métrage du Chinois Jia Zhang-ke. Et pendant ce temps, cette nouvelle: The Weeknd est à nouveau en couple avec Bella Hadid.

Les deux amoureux se sont offert une virée sur la Croisette et ils ont été aperçus en train de s’embrasser. Les réseaux sociaux se sont empressés de propager la bonne nouvelle. Incroyable, non?

Hier encore, je n’avais aucune idée de l’existence de Bella Hadid, dont Wikipédia, qu’il en soit remercié, m’apprend qu’il s’agit d’«un mannequin et une personnalité médiatique américaine d’origine néerlando-palestinienne». Tandis que The Weeknd est «un chanteur et producteur de musique canadien d’origine éthiopienne», mais là, c’est bon, je maîtrisais l’affaire.

Tout en trouvant ses deux derniers albums inégaux. La magie cannoise, c’est donc cela: pendant que des cinéastes du monde entier tremblent à l’idée d’offrir leur nouveau film, parfois réalisé dans la douleur, à une horde de critiques qui n’attendent que de balancer dès la fin de la projection un avis qu’ils estiment définitif, des stars viennent s’embrasser en public. Et provoquent du coup un buzz instantané. Il y a là une totale maîtrise de l’art de la communication, bravo.

Mais c’est malin, du coup, à chaque fois que je sortirais ému ou agacé d’une salle, je me demanderais ce que j’ai raté. Comme la présence de la star du cinéma tamoul Dhanush ou la balade sur le front de mer d’Amber Heard. A Cannes, il y a ceux qui montrent leur film et ceux qui viennent se montrer. Et parfois, les seconds attirent plus l’attention que les premiers.

Publicité