Dans l’espace intérieur du Musée et jardin botanique de Lausanne, l’œil ensorcelé détaille les grands tirages du photographe Mario Del Curto, semblables à des tableaux abstraits et texturés des maîtres coloristes. Voyez ces filaments évoquant des constellations cosmiques, ces cellules en coupes ou configurations neuronales. Si leur aspect peut ramener à l’art brut, il s’agit bien de l’univers interconnecté des champignons, racines et lichens, que l’on découvre au gré de l’exposition Liber & Fungi. Un monde sans fin.