Photographie

Pete Souza, photographe: «Je passerai la porte avec le Président Obama»

Pete Souza, photographe officiel de Barack Obama – et de Ronald Reagan avant lui – raconte huit années de collaboration

Il a travaillé pour le Chicago Tribune, Life ou National Geographic. Il a couvert la guerre en Afghanistan après les attentats du 11 septembre, un entraînement d’été de la Marine américaine,
l’arrivée au Sénat de Barack Obama. Il a été le photographe officiel de la Maison Blanche à deux reprises, pour Ronald Reagan puis Barack Obama. Pete Souza, 61 ans, se dévoile à l’heure de tourner la page.

A voir: L'intimité d'Obama dans l'oeil de Pete Souza

Le Temps: Comment vous sentez-vous à la fin de la présidence de Barack Obama?

Pete Souza: Cette fin toute proche de l’administration me laisse un goût doux-amer. J’ai vraiment apprécié de pouvoir documenter en images la présidence de Barack Obama tout au long de ses deux mandats. Mais j’aspire également à un changement de rythme.

- Quel genre de modèle photographique est-il?

Il n’est pas un «modèle». Il est le président des Etats-Unis, qui se trouve être un bon sujet photographique parce qu’il me permet de capturer les moments sincères et spontanés de sa vie.

A lire aussi: «Obama m’a fait froid dans le dos»

- Beaucoup d’observateurs estiment que vous avez énormément contribué à son image «cool». Qu’en pensez-vous?

Je n’en ai aucune idée. Mon travail consiste à prendre les meilleures photographies que je peux, jour après jour.

- J’ai lu que vous preniez entre 500 et 1000 photos par jour. Si vous deviez n’en garder qu’une?

Le nombre est exact, sans compter les quelques jours de grande activité où je prends plus de 2000 images. Je considère ce travail dans son ensemble comme important et non une seule photographie.

- Vous étiez également photographe officiel de Ronald Reagan. Quelle est la principale différence entre vos deux mandats?

Il y a tellement de différences. Le président Reagan avait plus de 50 ans de plus que moi. Je ne le connaissais pas avant d’entrer dans sa Maison Blanche et cela a limité mon accès. En outre, il n’était pas physiquement aussi actif que le Président Obama. Je connais Barack Obama depuis 2005, j’avais donc déjà établi une relation professionnelle avec lui. Cela l’a conduit à me permettre un accès sans entrave à sa présidence.

- La communication politique a beaucoup changé ces dernières années et les images en sont un élément essentiel. Que pensez-vous de cette évolution et de l’arrivée des réseaux sociaux?

L’apparition des médias sociaux est aussi une grande différence entre les deux administrations pour lesquelles j’ai travaillé. Twitter et Instagram en particulier sont désormais de gros outils pour la Maison Blanche. Je suis devenu le photographe du président Obama nouvellement élu alors que les médias sociaux explosaient. Peu importe qui était le photographe ou le président, tout le monde aurait tiré profit de ces outils.

- Quels sont vos projets pour la suite?

Je vais continuer à être très actif dans la photographie. Je ne sais pas exactement ce que je vais faire, mais j’aimerais pouvoir me consacrer à des projets à travers une variété de spectres. Je souhaite aussi publier un livre sur mon travail avec l’administration Obama.

- Serez-vous le photographe d’Hillary Clinton si elle gagne?

Je ne serai pas son photographe. Je suis sûr que je vais la photographier le jour de son intronisation, mais je passerai la porte de sortie avec le Président Obama.

Publicité