Livres

Le petit garçon et le monstre aux grandes oreilles, d'après Max Porter

Max Porter a frappé les esprits en 2016 avec «La douleur porte un costume de plumes», mi-roman, mi-poème sur le deuil. Voici «Lanny», qui confirme son talent à mêler les genres

Lanny est un garçon hypersensible au caractère précoce. Un peu inadapté, il vient d’emménager à la campagne avec ses parents, citadins exilés de la capitale rêvant d’une vie meilleure mais déroutés par les mœurs périurbaines. Son père travaille à la City, sa mère abandonne sa carrière d’actrice pour écrire des polars, même si la plupart du temps, elle suspend son souffle pour écouter le babil philosophico-poétique de son fils de 9 ans: «A ton avis, c’est quoi le plus patient, une idée ou un espoir?» Ainsi parle Lanny.

Mais la plupart du temps, ce sont les autres qui parlent de lui. Dans ce roman kaléidoscopique, Max Porter donne tour à tour la parole à tous ceux qui gravitent dans l’entourage du petit garçon. Plus qu’un personnage, c’est une figure autour de laquelle viennent s’articuler les intentions de chacun, leurs doutes, leurs remises en question: la voisine acariâtre, gardienne de la mémoire, le peintre à succès retranché, un couple d’amis, la presse locale, les commères malveillantes, les parents acculés.