La Belgique fête cette année 175 ans d'existence et vingt-cinq ans de fédéralisme. Outre l'exposition phare La Belgique visionnaire (lire ci-dessus), on pourra voir, au Palais des beaux-arts également, une série de photographies autour du peintre René Magritte, Magritte privé (jusqu'au 15 mai).

A Tervueren, au Musée royal d'Afrique centrale, les visiteurs trouveront matière à introspection avec La Mémoire du Congo, le temps colonial (jusqu'au 9 octobre).

Dès le 8 mars, au Centre Van den Borght, une exposition racontera la Belgique et ses réalisations, Made in Belgium, jusqu'au 31 décembre. Cette exposition va d'ailleurs devoir faire l'impasse, pour cause de droits, sur Tintin. Les organisateurs ont refusé de se plier aux conditions posées par Nick Rodwell, époux de la veuve d'Hergé et administrateur de la Fondation Hergé et de la société Moulinsart, chargées de protéger, promouvoir et commercialiser l'œuvre du dessinateur belge. A défaut de Tintin, Made in Belgium présentera plus de 4000 objets symboles de la «belgitude» ou ayant appartenu à des Belges célèbres, issus des collections de près de 300 musées ou de particuliers. Parmi ceux-ci figurent l'épée de Godefroi de Bouillon lors de la première croisade, un vélo d'Eddy Merckx ou un costume à paillettes de l'acteur Benoît Poelvoorde dans Podium, film à la gloire de Claude François.

Dès le 18 mars, les Musées royaux des beaux-arts exploreront Le romantisme en Belgique jusqu'au 31 juillet.

Enfin, on ne saurait ignorer Moules natures, exposition sur les célèbres complices des frites belges, sur lesquelles on saura tout, dès le 4 mai et jusqu'au 30 juin 2006, au Museum des sciences naturelles de Bruxelles.

Renseignements sur le site http://www.tourismebelgique.com