Scènes

«Le Petit Prince» se pose à Lausanne, intimiste et délicat

Paré de jaune et de bleu, le Petit Prince devient le héros d’une sorte de veillée contée au coin du feu, dans un camion itinérant bricolé sur la place Saint-Maur. Brillant de simplicité

Une écharpe jaune, des cheveux couleur or et un costume vert d’eau. Ajoutez à cela un air malicieux et enfantin et vous obtiendrez le célèbre Petit Prince, héros de Saint-Exupéry. Isabelle Bonillo l’invite à nouveau à se poser sur la planète Terre le temps d’une heure intemporelle. Les spectateurs sont conviés à s’installer sur des chaises de camping, à l’intérieur d’un chapiteau de fortune. Ils prennent place dans ce décor improvisé, bricolé autour d’un camion itinérant.

Lire aussi: Saint-Exupéry, la tête dans les étoiles

Un engin qui servira de scène à l’arrivée lunaire du jeune homme. Ou femme, puisque le Petit Prince est ici incarné par la Lausannoise Marie Ruchat, aux grands yeux écarquillés et à l’air semi-boudeur, semi-émerveillé. Elle est accompagnée d’Edmond Vullioud, aviateur et narrateur espiègle, et d’Isabelle Bonillo, metteuse en scène et actrice touche-à-tout, incarnant à la fois le renard, l’allumeur de réverbères ou encore le philosophe.

Retomber en enfance

Cachée dans ce camion, devenu planètes et astéroïdes pour l’occasion, elle use de cris et d’exclamations pour faire rire aux éclats son jeune public et personnaliser davantage les personnages de papier de Saint-Exupéry. Ces métaphores de la bêtise humaine sont intégrées dans une mise en scène minimaliste, mais très imagée, grâce aux dessins enfantins de Gilbert Maire. Une façon de faire appel au pouvoir de l’imagination avec malice. Dans cette «salle» comble, au public très réactif, se dégage une atmosphère de veillée contée au coin du feu. Comme une impression de retomber en enfance et de redécouvrir ce texte merveilleux pour la première fois, ici paré de trouvailles délicieuses.

Lire également: Sur la planète des bénéfices

Illuminés de jaune et de bleu, le Petit Prince et l’aviateur se répondent et se complètent, dans un jeu de ping-pong narrateur-personnage astucieux. Si la pièce tire évidemment sa force de l’écriture inoubliable de Saint-Exupéry, elle parvient à trouver son propre ton, intimiste et délicat. Au plus près du public, cette échappée féerique offre une impression de douceur, comme un bonbon acidulé, à la fois éphémère et continu. Le T-âtre IBonillo livre une interprétation drôle et mutine d’une icône de la littérature, qui laisse une marque tendre dans notre esprit d’enfant.


Le Petit Prince, jusqu’au 12 mai, à 19h, place Saint-Maur, Lausanne. Du 23 mai au 30 juin en itinérance dans le canton de Neuchâtel, puis du 11 au 28 juillet au festival Off d’Avignon.

Publicité