Un animateur fait scander son nom à quelque mille auditeurs privilégiés. Rassemblés au Mad de Lausanne, jeudi soir, pour le deuxième radio-crochet NRJ Planète Party, tous réclament «Jeni». Ils ne sont venus que pour scruter l'idole dont ils ont suivi la création assistée par télévision. Jenifer, gagnante de la première version française de Star Academy, s'amuse avec la caméra postée en coulisse. Pose glamour, œil de velours, Jenifer attend sagement son tour. Un scénario vu et revu mais qui paraît toujours aussi naturel, apanage des vedettes populaires. Quelques mots bienveillants à ce public qui l'a faite et qu'elle «respecte plus que tout», puis Jenifer chantera «J'attends l'amour», tube plaqué or de son premier album d'interprète. Un instant main dans la main avec une petite fille parachutée sur le podium et un peu perdue.

Couac cocasse

Aux premiers rangs, on connaît par cœur la chanson. Moins évident est le refrain «Des mots qui résonnent» puisque deux micros restent aphones. Un couac cocasse qui n'entame en rien la professionnelle de la scène qu'est devenue cette nouvelle «Mademoiselle France» de tout juste 20 ans. Et dont le bref tour de piste promotionnel a suffi à éclipser les présences des Models, de Christina Maroco, Karine Costa et For You. Dans la coulisse, son aura s'est vérifiée à l'attroupement formé immédiatement après son arrivée. Là encore, la garde rapprochée veille à montrer Jenifer comme une star abordable. Ce qu'elle revendiquait plus tôt, à l'heure de l'interview, semble tellement vrai que, pour un peu, on y croirait. D'ailleurs, elle a juré ne faire désormais que ce qui lui plaît. L'escale romande ne serait donc pas un exercice promo puisque son concert du 7 décembre à Beaulieu est complet.