Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
 Philippe Bischof, nouveau directeur de Pro Helvetia, le 30 janvier 2018.
© Thierry Porchet

Culture

Philippe Bischof: «Pro Helvetia doit être plus sélectif dans ses aides»

Il prône un rapport décomplexé entre artistes et marché, mais défend une création pointue. Le Bâlois de 50 ans Philippe Bischof entre en scène à la tête de la Fondation suisse pour la culture. Profession de foi d’un manager cosmopolite qui ne craint pas la joute

La semelle est affûtée, l’œil azuré. Le Bâlois Philippe Bischof a le ski léger dans la poudreuse, on le jurerait. L’autre jour à Zurich, dans la grande maison blanche où loge Pro Helvetia, il vous entraîne au pas de course sous les toits, vers une salle de conférences. C’est là que le directeur de la fondation reçoit. Alors comment est-il, le nouvel homme fort de la culture helvétique?

Une gueule d’acteur

Il a l’allure d’un montagnard en tweed – La Montagne magique de Thomas Mann. Une gueule de cinéma – d’auteur, bien sûr, tendance Daniel Schmid. Un air plus cosmopolite que confédéral – un atout. On le soupçonne d’être romantique, à la mode russe: Rachmaninov fait partie de son panthéon. Il pèse ses mots – dans un français presque parfait – mais se plaît dans la controverse. Il a le goût du théâtre – il a été metteur en scène –, le sens des circonstances, donc.

Cette semaine, justement, Philippe Bischof, 50 ans, entre en scène, après 100 jours de rodage dans les murs du 22 Hirschengraben. La première chose qu’il vous dit, c’est qu’il est ému par ce qu’il vit, on le croit volontiers. Il respire une solidité sportive, tendance endurant sensible. Hypothèse? Disons intuition. Cette ambition lui a permis d’enchaîner les postes de choix, à la tête du centre culturel Südpol à Lucerne, puis à celle du Département des affaires culturelles du canton de Bâle-Ville.

Lire aussi: Le chef des Affaires culturelles de Bâle-Ville dirigera Pro Helvetia

Footballeur et romantique

Cette robustesse de chamois est un atout dans un contexte de turbulence. L’initiative «No Billag» rappelle que le système et les institutions sont contestés. Les budgets culturels des collectivités publiques ne sont pas près d’augmenter. Pro Helvetia croule sous les demandes d’aide. Mais ses moyens sont limités. Le terrain de jeu de Philippe Bischof est parsemé de nids-de-poule. Il ne craint pas ce type de pelouse: à 15 ans, milieu de terrain au sein du FC Bâle, section junior, il adorait faire des passes qui changent la donne.

D’où venez-vous?

Je viens d’une famille mixte, juive par ma grand-mère autrichienne. Mon père, saint-gallois et catholique, s’est établi à Bâle. C’est là que mes parents se sont rencontrés. J’y suis né. Mon histoire familiale est marquée par le voyage. Mon père était journaliste, reporter et correspondant. Pour le Tages-Anzeiger notamment, il a couvert la vie politique, économique, en Suisse et à l’étranger. Quand j’étais enfant, nous l’avons suivi à Paris, Florence et Londres. Mon intérêt pour le monde, ma passion des langues et des cultures viennent de là, de ce nomadisme et des rencontres avec l’inconnu.

Je préfère que Pro Helvetia soutienne bien un artiste, ce qui veut dire l’accompagner dans la durée, avec une somme raisonnable, plutôt que d’arroser la scène culturelle.

Après cent jours à la tête de la fondation, que rêvez-vous de changer?

Il ne nous faut pas changer, mais évoluer. Je suis impressionné par la vitalité de la fondation, par l’engagement des collaborateurs. Je veux néanmoins qu’on s’interroge sur l’utilité et la pertinence de nos actions. Je souhaite aussi qu’on reste ouvert aux nouvelles tendances.

Lesquelles?

La digitalisation et ses multiples conséquences. Mais aussi le rapport entre culture et genre. Et l’interculturalité, évidemment, qui est un phénomène majeur. Nos sociétés sont des sociétés de migration. Il faut considérer cette dimension et la grande question qui en découle: qu’est-ce que la culture suisse, comment invite-t-on la population à y participer? Enfin, les interfaces entre art, technologie et innovation m’intéressent beaucoup, il y a un grand potentiel.

Les artistes que Pro Helvetia soutient sont-ils assez ouverts au marché? Un créateur est-il aussi un entrepreneur?

On sous-estime la dimension entrepreneuriale des artistes. Je veux la mettre en avant. N’oublions pas qu’un créateur prend un risque énorme quand il se lance dans un projet, même s’il est soutenu par la Ville, le canton et Pro Helvetia. Notre mission n’est toutefois pas de soutenir un art commercial, mais d’encourager des projets novateurs, de niche parfois. A partir de là, on peut soutenir l’accès au marché. Chaque créateur doit rencontrer son public, bénéficier d’une réception et toucher ainsi son marché.

Un exemple?

Notre aide à la traduction. A priori, cette activité n’est pas commerciale. Mais son impact est évident. Un ouvrage traduit, c’est potentiellement un livre vendu et lu ailleurs, un nouveau champ de lecteurs qui s’ouvre. Nous constatons que la demande de soutien à la traduction est grande. Et que notre effort porte ses fruits: des écrivains suisses sont invités à l’étranger. Nous avons contribué à la traduction en polonais de l’avant-dernier livre de Lukas Bärfuss. A la suite de cela, il a eu l’occasion de le lire en public à Cracovie devant 400 personnes.

Le nombre de requêtes ne cesse d’augmenter, plus de 4500 en 2016. Pro Helvetia a répondu favorablement à 52% de ces demandes. N’est-ce pas trop?

Cela peut sembler beaucoup. Dans le système subsidiaire, nous sommes la dernière instance de soutien de la chaîne et nous recevons des requêtes de grande qualité. Je préfère que Pro Helvetia soutienne bien un artiste, ce qui veut dire l’accompagner dans la durée, avec une somme raisonnable, plutôt que d’arroser la scène culturelle. Il faut avoir le courage d’interroger le bien-fondé de nos choix. Il faut donc être un peu plus sélectif. Nous risquons sinon de cautionner la précarité. Il faut rappeler que le soutien à la création est d’abord la prérogative des communes et des cantons. Notre mission est plutôt d’accompagner la carrière de manière durable, du soutien de la relève jusqu’à l’excellence internationale, par le biais de l’échange et de la diffusion.

Quel type de création privilégiez-vous?

Pro Helvetia apporte son aide à toutes les formes d’art contemporain, hormis le cinéma, à condition qu’elles soient de grande qualité et de portée nationale.

Dans les initiatives prises pour ouvrir les portes du marché, il y a Sélection suisse en Avignon, quatre à cinq productions sélectionnées pour être présentées au festival. Est-ce efficace?

Nous sommes très contents, oui. Il est pertinent que Pro Helvetia, en collaboration avec la Commission romande de diffusion des spectacles (Corodis), s’intègre dans le plus grand festival de théâtre francophone. L’année passée, la sélection a attiré plus de 400 programmateurs français et étrangers. C’est impressionnant! La chorégraphe Yasmine Hugonnet, par exemple, y a cartonné avec son Récital des postures. Tout cela nous pousse à adapter le concept ailleurs.

Où?

A Berlin, au prochain Theatertreffen. Notre présence cette année sera plus modeste, avec trois productions. Nous devons aussi miser sur des modèles light. Il faut savoir être souple et léger pour promouvoir nos artistes. D’ailleurs, dans cet esprit, nous avons engagé deux personnes, l’une à Londres, l’autre à Berlin, pour qu’elles fassent connaître nos musiciens, designers, plasticiens auprès des institutions de ces villes.

Les artistes suisses s’exportent assez bien, mais ne traversent quasiment pas les frontières linguistiques de notre pays. Comment remédier à cette situation?

Vous avez raison, rares sont les artistes romands à se produire au Tessin ou en Suisse alémanique. Et la réciproque est vraie. Le fossé demeure. Les programmateurs ont aussi leurs routines. On peut les encourager à les changer.

A Lausanne, le festival Programme commun, au printemps, abolit ces murs…

Oui, c’est une initiative exemplaire. Le Théâtre de Vidy, l’Arsenic et Sévelin s’associent pour présenter un échantillon de ce qui se fait de plus novateur dans le pays. On peut y voir des spectacles, entrer en discussion avec les artistes. Et les programmateurs, qui viennent très nombreux de Suisse et de l’étranger, peuvent découvrir des prototypes, des extraits de spectacles à venir à l’occasion d’ateliers. Ce rendez-vous est un modèle.


Le poids des chiffres

36,6 Le budget en millions de Pro Helvetia. Par comparaison, la Ville de Genève consacre environ 250 millions par an à la culture.

4616 Le nombre de requêtes déposées en 2016.

52,2% Le pourcentage de requêtes auxquelles Pro Helvetia a répondu favorablement.


Si vous deviez citer trois créateurs représentatifs de la vitalité artistique suisse?

Le plasticien et photographe d’origine jurassienne Augustin Rebetez, un artiste qui crée des univers fascinants, au théâtre comme dans les galeries ou dans le domaine musical. L’artiste Claudia Comte, qui vit à Berlin et dont les œuvres s’inspirent avec malice du chalet et du paysage de Gruyère, où elle a grandi, et de la culture populaire. Et j’ajoute le duo tessino-canadien Peter Kernel, dont les expérimentations musicales m’intriguent.

Est-ce que cette vitalité est menacée?

Elle est forte et il faut la défendre. En Suisse, comme dans le reste de l’Europe, les institutions sont soumises à la critique. Je ne doute pas de l’importance de la création. Mais il peut être salutaire d’être ainsi remis en question. Ça nous oblige à bien légitimer nos actes, à prendre position.

Avant vous, Pius Knüsel brillait en agitateur d’idées, Andrew Holland était diplomate. Quel est le style Bischof?

Je privilégie les partenariats. Je me vois comme un initiateur et un fédérateur. Et j’aime le débat.

Vous n’hésiterez pas à prendre des positions fortes?

Je trouve ça essentiel. Les milieux culturels sont parfois timides, ils doivent s’exprimer.

Que vous inspire l’initiative «No Billag»?

La fondation ne se prononce pas sur les procédures de vote en cours. A titre personnel, je trouve l’initiative très dangereuse pour l’esprit fédéraliste de la Suisse, pour le paysage médiatique et culturel.

Que devez-vous à votre père? Et à votre mère, engagée sur la scène politique?

Je leur dois l’amour des cultures et des langues et l’intérêt pour les questions sociétales et politiques. Ma mère a toujours été une femme très engagée et forte, qui a vécu et défendu la liberté. Mon père était un encyclopédiste intransigeant. Quand je lui posais une question sur le sens d’un mot en français, il allait chercher le Larousse et m’invitait à lire la définition, sans explication. Je me retrouvais à décortiquer une définition de l’impérialisme courant sur deux pages. Je l’ai détesté et admiré. Ça m’a appris que les réponses sont complexes. Je dois aussi à mes parents la conscience de la société: j’ai grandi dans une famille où on débattait de tous les grands sujets du moment.

Sans une équipe, on ne peut pas agir, et qu’on ne prend jamais une décision seul, même si on doit l’assumer seul

A 15 ans, comment imaginiez-vous votre vie?

Je voulais être footballeur. Je jouais au FC Bâle, j’étais chargé, au milieu, de distribuer le ballon aux attaquants. Le football pour moi, c’était comme les échecs. Il fallait être stratégique et créer de belles situations de jeu.

Votre joueur favori?

Zinédine Zidane. Comme Roger Federer aujourd’hui, c’était un artiste du sport.

Et à part footballeur?

Adolescent, j’ai beaucoup écrit. J’ai toujours rêvé de faire quelque chose dans ce domaine, même si je sentais que je n’étais pas assez doué. J’étais fasciné par Guy de Maupassant, que je m’amusais à traduire pour moi, parce que je ne trouvais pas la traduction allemande très bonne. Le Horla, par exemple.

Le théâtre découle-t-il de cet intérêt pour la littérature?

Il vient du texte, même si aujourd’hui je suis sensible à des formes plus performatives. Après ma maturité, je me suis lancé dans des études de droit et de russe. Un jour, j’ai vu un spectacle à la Comédie de Bâle, qui a été une révélation telle que j’ai décidé de me consacrer au théâtre.

L’auteur qui a marqué votre adolescence?

Je suis fasciné par les ruptures. Heiner Müller dit que la vraie évolution, ce n’est pas le pas, c’est le saut. Dans cette veine, Rimbaud m’a marqué. Albert Camus et L’Etranger aussi. J’ai lu et relu Dostoïevski. Je n’oublie pas Bin oder Reise nach Peking de Max Frisch, l’histoire d’un homme qui quitte sa ville et sa vie bourgeoise, une histoire qui m’a touché et troublé. J’ai souvent déménagé et dû reconstruire mon entourage.

Vous avez été metteur en scène. En quoi cette première vie est-elle utile au directeur de Pro Helvetia que vous êtes?

J’ai appris que sans une équipe, on ne peut pas agir, et qu’on ne prend jamais une décision seul, même si on doit l’assumer seul. J’ai aussi appris que plus une équipe est diverse, capable d’apporter la contradiction, plus on peut aller loin. Le théâtre enfin, c’est aussi le sens du contexte, du public, du poids du verbe. Ce sont des qualités importantes dans mes fonctions.

Vous avez dirigé le Département de la culture en ville de Bâle. Pro Helvetia est une suite logique?

C’est pareil et en même temps très différent. J’avais une responsabilité régionale, à l’échelle d’une ville et d’un canton. A Pro Helvetia, c’est la Suisse qui est la caisse de résonance de notre action. Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut bien légitimer son action, dialoguer avec les politiciens, débattre, enthousiasmer les gens. J’aime ça.

La figure politique qui vous inspire?

Elle n’est pas politique. C’est le grand chef d’orchestre Nikolaus Harnoncourt, pour son aptitude à se remettre en question, sans se trahir. Je n’oublierai jamais ce jour où il répétait à Salzbourg la 7e Symphonie de Beethoven, la fameuse avec le solo de hautbois. A peine le hautboïste a-t-il commencé qu’Harnoncourt l’a interrompu et lui a lancé: «C’est beaucoup trop fort, tu dois inviter le public, pas le convaincre.» Cette phrase est splendide.

C’est une devise pour vous?

Pour moi, elle veut dire qu’il faut faire les choses avec générosité et intelligence, ne jamais considérer que les gens sont ignorants. Il faut juste les inviter à comprendre.


«Un artiste ne peut pas vivre que du marché suisse»

Bourlinguer est sa vie. Philippe Bischof a ses habitudes à Berlin. Il a habité longtemps en France. Il a travaillé en Autriche. Comme un symbole, il lance son mandat en organisant trois journées intitulées Crossroads*, en collaboration avec la DDC et le festival Antigel à Genève. Objectif: présenter au grand public et aux professionnels le travail de promotion de Pro Helvetia à l’étranger.

A l’occasion de Crossroads, vous célébrerez les jubilés des bureaux de liaison de New Delhi, de Johannesburg et du Caire. De telles antennes sont-elles encore utiles à l’ère de la digitalisation?

Ces bureaux élargissent le champ d’activité de l’art et la culture suisses. Un artiste ne peut pas vivre que du marché et du public suisses. Ces bureaux permettent aussi l’échange culturel qui est l’une de nos missions fondamentales.

Oui, mais les échanges peuvent se faire par d’autres moyens…

On diffuse presque tout par le numérique, sauf la vraie rencontre humaine. En résidence à New Delhi, un artiste se confronte à une autre réalité, une autre sensibilité, peut s’ouvrir de nouveaux débouchés. C’est ce qui s’est passé par exemple avec l’écrivain Jonas Lüscher au Caire. Pro Helvetia a contribué à la traduction en arabe de son roman Le Printemps des barbares. Sur place, il a rencontré d’autres écrivains, des intellectuels, des lecteurs, il en a résulté un reportage. Le principe de ces bureaux, c’est de positionner notre culture dans ce monde et d’encourager l’échange culturel. La Suisse n’est pas une île.

Jean-Marc Diébold succédera le 1er octobre à Jean-Paul Felley et Olivier Kaeser à la tête du Centre culturel suisse à Paris. Qu’attendez-vous de ce nouveau directeur, qui vient comme vous du monde de la scène?

Olivier Kaeser et Jean-Paul Felley ont fait un travail remarquable. Ils ont profilé le centre, lui ont donné une orientation arts visuels et arts de la scène, mais aussi interdisciplinaire. Ils ont aussi cultivé une exigence élevée. Le nouveau directeur fera des choix qui lui appartiennent et qui seront différents. Mais j’attends que la programmation reste pointue. Et que le CCS soit une vitrine pour les créateurs de tout le pays, pas seulement romands, mais aussi alémaniques, tessinois et romanches.


* Conférences et programme culturel à Bâle et au festival Antigel à Genève, du 8 au 10 février. www.prohelvetia.ch/crossroads


Bio express

1967 Philippe Bischof naît à Bâle.

1989 Il fait son premier voyage en Russie, à Saint-Pétersbourg, sur les traces de Dostoïevski. Il est frappé par les bouleversements de la société.

1999 Il séjourne à Reykjavik et découvre la grandeur mystique du paysage et de la nature. Un choc.

2008 Il rentre en Suisse après dix ans à Berlin, pour diriger le Südpol à Lucerne. Son père décède.

2017 Il prend le 1er novembre la direction de Pro Helvetia.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps