En raison d'une blessure au ménisque survenue au comédien Laurent Deshusses, La Revue genevoise est interrompue jusqu'à mardi. Le temps aux remplaçants, Jean-Pierre et Sylvain Bugnon, d'apprendre les rôles de Patrice Mugny, Mark Muller et Pascal Couchepin... Cela pour La Revue 2008 encore produite par Pierre Naftule et Frédéric Hohl. Changement de ton et d'esthétique en 2009: parmi sept candidats, la Ville de Genève a retenu Philippe Cohen et Gaspard Boesch, de la Compagnie Confiture, pour réaliser La Revue ces trois prochaines années. Présentation.

Le Temps: Quels seront les principaux changements apportés à La Revue?

Philippe Cohen:Côté esthétique, on va remplacer l'ambiance paillettes type Broadway par une atmosphère plus «nouveau cirque». Pas impossible que, dans notre Revue, il y ait des numéros de voltige et d'acrobatie. Par ailleurs, on m'a dit que, cette année, les seules femmes présentes sur scène étaient des danseuses dénudées. Avec Gaspard Boesch, on va inverser les rôles, la plupart des acteurs seront des actrices et les danseurs, des hommes, pourquoi pas des chippendales!

- Quid du contenu?

- Comme d'ordinaire, la satire politique traitera des questions locales, nationales et internationales. Avec une rubrique spéciale pour les accidentés de la route d'extrême droite... Au Fond de la Corbeille, émission satirique de la TSR, j'ai appris cette logique du coup de griffe et je me réjouis de l'exercer sans gant. A cette fin de non-complaisance, notre collectif d'auteurs comprendra des sensibilités de tous les bords politiques, comme Pascal Décaillet ou l'écologiste Pierre Maulini.

- Jouerez-vous dans La Revue 2009?

- Gaspard Boesch, oui, moi non. Mais j'ai joué avec beaucoup de plaisir dans celle de Naftule en 1990 et 1991. J'ai également dirigé il y a trois ans la Revue fribourgeoise, avec Josef Deiss en ligne de mire. En revanche, aucun souvenir de la Revue dans ma tendre enfance. Mon goût pour le comique populaire est venu en grandissant!