ENCHÈRES

Phillips de Pury & Luxembourg, naissance d'un géant des enchères

Bernard Arnault, patron du groupe LVMH, poursuit inexorablement sa percée sur le marché de l'art. La société genevoise de Pury & Luxembourg Art vient apposer son nom à celui de Phillips qu'il avait racheté il y a un an.

En scellant une nouvelle alliance par le biais d'une fusion (effective à partir du 1er janvier 2001) avec la société genevoise de Pury & Luxembourg Art, Phillips se rapproche de ses ambitieux objectifs. En effet, le patron du géant du luxe LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy), Bernard Arnault projette de faire du nouveau groupe, baptisé Phillips, de Pury & Luxembourg, le plus grand auctioneer du monde. Les deux grandes maisons de ventes aux enchères: Christie's et Sotheby's doivent désormais compter avec la concurrence accrue de ce nouvel acteur.

Lancement d'une galerie à Zurich

«Daniella Luxembourg et moi-même continuerons nos ventes de gré à gré et le conseil à nos clients, comme des activités faisant partie intégrante du nouveau groupe», précise Simon de Pury. Ce dernier portera le titre de Chairman, président du conseil d'administration du groupe et Daniella Luxembourg, assumera le rôle de présidente, donc un poste plus proche de l'exécutif.

Les détails financiers de la transaction n'ont pas été dévoilés mais on sait que la société de Pury & Luxembourg Art poursuivra ses activités à Genève et Zurich, en tant que filiale de la nouvelle entité Phillips de Pury & Luxembourg, elle-même filiale à 100% du groupe de luxe LVMH. Sur le plan suisse, le groupe poursuivra les projets entamés par la société genevoise, sise au quai des Bergues, consistant notamment dans le lancement d'une galerie d'art à Zurich. Ce futur espace d'exposition de Phillips, de Pury & Luxembourg sera inauguré dans les anciens locaux de la brasserie Löwenbrau, sur 800 m2, où se trouve déjà le Musée Migros. L'inauguration officielle de la galerie zurichoise aura lieu en avril, avec une exposition d'Edvard Munch. «Nous souhaitions ouvrir cette vitrine au cœur de l'Europe. En revanche, nos partenaires américains, David Nash et Lucy Mitchell-Innes, ne nous ont pas suivis dans la fusion avec Phillips», précise Daniella Luxembourg.

A Genève, le marché de l'art vit une véritable révolution puisque l'«Homme aux 100 carats», David Bennett, se retire de ses fonctions de management chez Sotheby's pour redevenir un simple expert et créer son académie de philosophie. Guy Jennings, un ancien de Christie's, spécialiste de l'art impressionniste et moderne, reprend les rênes. Résultat de ces chaises musicales, les frères ennemis que représentaient François Curiel, président de Christie's et Simon de Pury, lorsqu'il était président de Sotheby's se retrouvent face à face, sur la scène genevoise et internationale. Désormais, les deux grands commissaires-priseurs genevois symbolisent aussi la rivalité qui sépare Bernard Arnault, propriétaire de LVMH et repreneur de Phillips en 1999 et François Pinault, propriétaire du groupe Printemps-La Redoute et la FNAC, repreneur de Christie's en 1998.

Si on peut mesurer l'importance d'une décision par les détails qui la composent, on peut alors juger que la fusion Phillips, de Pury & Luxembourg est un événement de taille. En effet, lors du rachat de la majorité de Sotheby's par un gros actionnaire américain, le nom de la prestigieuse maison britannique fut conservé. Dans le cas de Christie's, le nouveau patron français respecta également l'identité britannique de l'auctioneer. Dans la dernière fusion, de Pury et Luxembourg ont apposé leurs noms à celui d'une vénérable institution pour la redynamiser et la rajeunir. Phillips en avait bien besoin.

Publicité