Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Stéphane Bern, photographié dans le hall de France Télévisions.
© Eric Garault / Pasco / Eric Garault

International

Piloté par Stéphane Bern, le loto du patrimoine fait ses premiers pas en France

La loterie voulue par l’animateur français Stéphane Bern pour financer la réhabilitation des monuments français en péril a été lancée ce lundi en France

Jouer, miser, gagner… pour réhabiliter les 270 monuments français en péril identifiés par la mission confiée à Stéphane Bern, connu pour sa proximité avec Brigitte Macron. La nouvelle loterie «patrimoine» imaginée par l’animateur de télévision est désormais commercialisée sous forme de tickets à gratter et de grilles par la «Française des jeux».

Originalité de ce loto à thème, les 12 millions de tickets imprimés sont illustrés par les sites en péril, que les recettes de ce loto pas comme les autres permettront de rénover: l’Hôtel de Polignac à Condom (Gers), la maison de l’écrivain Aimé Césaire à Fort-de-France (Martinique), la rotonde ferroviaire de Montabon (Sarthe) ou, plus près de la Suisse, le pont-siphon de Beaunant dans le Rhône.

Lire aussi: Suisse, France, deux visions différentes des parcs nationaux

Les tickets «mission patrimoine» offrent, comme leurs pairs, de substantielles récompenses sonnantes et trébuchantes: 1,5 million d’euros de gains seront distribués, et 10% des recettes de la loterie financeront la sauvegarde des monuments (entre 10 et 15 millions d’euros selon les prévisions) à travers un fonds public dédié. Un circuit de l’argent très technocratique, contrôlé par l’administration, sur la mainmise de laquelle Stéphane Bern a déjà alerté. «J’ai l’impression d’écoper un bateau qui prend l’eau avec une cuillère à soupe […]. Si, à la fin de l’année, je vois que j’ai échoué, je partirai. Je ne veux pas être un cache-misère», a-t-il déclaré la semaine dernière, après la démission surprise du ministre de la Transition écologique – lui aussi ex-vedette télévisuelle – Nicolas Hulot.

La province contre la capitale

L’inquiétude de Stéphane Bern est motivée par deux constatations. La première est la difficulté rencontrée par sa mission pour convaincre l’administration française de financer des réhabilitations de monuments en province, peu fréquentés et peu visibles, face à la concurrence des sites parisiens et touristiques. A titre de comparaison, la rénovation du Grand Palais, au pied de l’avenue des Champs-Elysées, coûtera 436 millions d’euros entre 2020 et 2024 dont les deux tiers financés par l’Etat (le reste le sera par l’emprunt).

La capacité d’accueil de la nef principale de ce bâtiment construit pour l’Exposition universelle de 1900 passera de 5000 à 10 000 personnes. «Ce sera le grand chantier culturel de la décennie» a annoncé la directrice des musées nationaux, Sylvie Hubac, ancienne proche collaboratrice de l’ancien président François Hollande. Le budget annuel alloué au patrimoine en France est de 326 millions d’euros, soit 3% du budget de la culture.

Le logement contre le patrimoine

Le second motif de pessimisme de Stéphane Bern – qui affirme mener cette mission bénévolement - porte sur les menaces urbanistiques contenues dans le projet de loi sur le logement actuellement débattu au parlement. En l’état, le texte réduit les pouvoirs des architectes des bâtiments de France lors des demandes de permis de construire. Une demande récurrente des particuliers contre laquelle met en garde l’animateur de télévision, inquiet de voir la préservation de certains sites historiques passer à la trappe. L’implantation d’antennes téléphoniques serait notamment déréglementée.

Les premiers résultats du loto voulu par Stéphane Bern seront présentés le 14 septembre, à l’ouverture des Journées annuelles du patrimoine.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a