Fabula.org, ce site qui explore avec un mélange d’érudition académique mais aussi de curiosité et de malice, la littérature dans tous ses états a mis en ligne, ce printemps, un entretien que Gérard Genette, disparu il y a trois ans, avait accordé en 2002 à L’Express.

Le théoricien de la littérature, lui aussi érudit et malicieux, y examinait une partie du livre souvent négligée par la critique: la quatrième de couverture. Et l’on apprenait que celle-ci est le fruit d’une longue évolution de l’objet livre et qu’elle ne se popularise que dans la seconde moitié du XXe siècle. Ce petit texte qui présente succinctement le livre au dos de celui-ci, signé ou non par celui ou celle qui l’écrit, était auparavant un «prière d’insérer», une feuille volante, que l’on pouvait aisément égarer.