Resa Plus, billetterie basée à Genève, présentait hier à la presse ses nouvelles ambitions servies par un logiciel dernier cri. Dans le petit univers de la billetterie romande, Resa Plus faisait figure jusqu'à présent d'outsider quelque peu iconoclaste. Face au mastodonte TicketCorner (80% du marché suisse environ) et à Billetel, la coopérative à but non lucratif qui réunit les institutions théâtrales subventionnées, il fallait faire preuve d'un optimisme à tous crins pour se lancer, en avril 2001, sur un marché pareillement quadrillé. Il faut savoir en effet que TicketCorner comme Billetel exigent l'exclusivité de leurs clients producteurs de spectacles, ce qui laisse peu de marge à tout nouvel arrivant. Resa Plus ne s'est d'ailleurs pas gênée pour contester haut et fort ces pratiques (voir Le Temps du 13 septembre 2001) et lancer une plainte contre TicketCorner pour abus de position dominante devant la Commission de la concurrence (Comco).

Prix avantageux

Un peu plus de douze mois plus tard, le paysage a quelque peu changé. Le petit challenger s'est non seulement maintenu, mais affiche maintenant un programme conquérant. L'adhésion totale de quelques producteurs de spectacles, un partenariat avec la Fnac (qui a dû aussi s'adapter aux pratiques exclusives du marché suisse), l'ouverture d'une enquête par la Comco qui a constaté des indices d'abus dans les pratiques de TicketCorner, sans compter les déboires informatiques que connaît actuellement Billetel (voir Le Temps du 6 novembre 2002), tout cela, bon an mal an, a donné du poids à l'alternative Resa Plus. C'est donc avec la fierté de ceux qui sont revenus d'une traversée du désert que les responsables de la société genevoise ont annoncé hier leurs nouveaux outils.

Tout d'abord l'alliance avec une jeune société alémanique, Tic Tec, basée à Bâle, qui place Resa Plus au niveau national. Deuzio, un logiciel tout neuf. Avec d'autres producteurs alémaniques et allemands, Tic Tec a fait développer un programme sur mesure par une société informatique allemande. Après six mois de test à l'aveugle, il fonctionne aujourd'hui en Allemagne et en Suisse alémanique. Resa Plus s'en est fait l'acquéreur pour la Suisse romande. Tic Tec et Resa Plus marient leurs catalogues (environ 80 spectacles et événements sportifs) et leur site Internet. Dès lundi, les internautes romands pourront acheter en ligne et en temps réel leurs billets avec plans de salles à la clé.

Se targuant de prix entre 30 à 50% plus avantageux que TicketCorner, Resa Plus travaille aussi à étendre le nombre de ses points de vente. «Face à la frilosité des points de vente traditionnels comme Migros, nous avons dû trouver de nouveaux débouchés. L'idée de proposer aux grandes entreprises de disposer d'un terminal pour leurs employés est venue de là», explique Olivier Grandjean, directeur de Resa Plus. L'Hôpital universitaire de Genève et Serono ont déjà dit oui. Il suffisait d'y penser.