Absurde

Plonk & Replonk, définitivement timbrés

Les activistes du «nonsense Swiss made» font des timbres pour la Poste française

Médor, brave toutou, tient dans sa gueule une casquette, car il a perpétué cette tradition remontant à Cyrus II selon laquelle les chiens aiment mâcher les facteurs. D’inquiétants vampires suspendus tête en bas à la voûte d’un pont de Paris s’occupent du service postal nocturne. Ces images et d’autres, comme la destruction de contrefaçons de timbres par la Police philatélique, ornent une série de timbres émis par la Poste française.

La démarche de Plonk & Replonk relève du pur irrationnel, pourtant il entre une part de logique dans cette prestigieuse activité. Ayant édité des cartes postales, ils étaient destinés à faire les timbres qui vont avec. On ne serait pas autrement surpris d’apprendre qu’ils ont fabriqué la machine à lécher les timbres.

Plus sérieusement, ce carnet de dix timbres-poste à validité permanente pour une lettre jusqu’à 20 g à destination de la France est une conséquence de l’intrusion du collectif chaux-de-fonnier dans le Musée de la Poste, à Paris, où ils ont été invités à réinventer la grande histoire du courrier.

Les courriers affranchis aux couleurs de l’absurde témoignent de l’influence grandissante que les frères Froidevaux, Jacques et Hubert, exercent sur la réalité du monde. Ils ont commencé petits, trafiquant des images surannées et coulant des nains dans le béton, avant de subvertir la réalité officielle du monde – avec l’approbation des plus hautes autorités.

Quand ce travail de sape a-t-il commencé? Avec la publication des premières images dans Le Temps? Au moment où ils ont commencé à faire les zouaves dans les musées?

Plonk & Replonk ont révélé La Face cachée du Léman au Musée du Léman de Nyon. Plus grave, ils ont joué leurs Féeries militaires au Musée militaire de Colombier. Plonk! Le vernissage de ce raout, rassemblant faux nez et vrais képis, a brouillé les repères, rappelant que la guerre et l’humour sont des choses trop sérieuses pour être confiées aux clowns et aux soldats. Re-plonk! Ils enfoncent le clou avec Hip! Hop! Hô! Police! où les flics en prennent pour leur grade.

Plonk & Replonk s’exportent. En France, dans Fluide Glacial, dans Mic-Mac à tire-larigot de Jean-Pierre Jeunet, au Championnat du monde de n’importe quoi à Dijon. En Belgique, dont le mode de pensée s’avère étonnamment similaire. Le plonkisme déborde désormais les frontières de la francophonie.

Il faut savoir que la mardialisation est en cours. En effet, Plonk & Replonk ont décidé de globaliser le mardi. En attendant ce jour, les zigomars sillonnent l’Asie – avec un coup de main des Alliances françaises et de l’Ambassade suisse.

«Plonk & Replonk, c’est la santé psychique, ce sont des artistes qui devraient être remboursés par toutes les assurances maladie», a précisé Blaise Godet, ambassadeur de Suisse en Chine. Transcendant la barrière des langues, l’absurdisme jurassien fait rire les Chinois, sensibles à cette manière de «tourner autour des objets et des coutumes pour nous demander de les voir sous d’autres angles».

Célébrés dans l’Empire du Milieu, Plonk & Replonk ne se reposent pas sur leurs lauriers. Ils s’apprêtent à commercialiser des tongs ainsi qu’une paire de raquettes de tennis en porcelaine. Et aussi un iPhone de bronze. Pour ceux qui sont las d’envoyer des cartes…

L’Adresse Musée de la Poste, Paris. Jusqu’à la fin de l’année. Galerie du soleil, Saignelégier. Jusqu’au 12 août. Tournée chinoise: Chengdu, Dalian, Hongkong, Tanjin. Jusqu’au 25 décembre. Hip! Hop! Hô! Police! Colombier. Musée Militaire. Jusqu’au 23 décembre.

Ayant édité des cartes postales, Plonk & Replonk étaient destinés à faire les timbres qui vont avec

Publicité