Assemblée

Le PLR se dit prêt pour les élections fédérales 2019

La présidente des Libéraux-Radicaux a affirmé, devant 350 délégués réunis à Bienne, que son parti mènera une campagne de proximité. Les Libéraux- Radicaux apportent aussi un fort soutien à la réforme fiscale et au projet de financement de l'AVS

La présidente du PLR Petra Gössi a tenu un discours combatif samedi à Bienne devant l’assemblée des délégués. Elle a répété que son parti était prêt pour les élections fédérales, stigmatisant au passage certains adversaires accusés de favoriser les divisions.

La conseillère nationale schwytzoise n’a pas dévoilé les détails de la campagne électorale du PLR, soulignant qu’elle sera au centre des assemblées des délégués de mai et de juin. «Nous irons de porte en porte, de personne en personne. Nous irons entendre et discuter des problèmes que les gens rencontrent», a-t-elle juste déclaré.

Lire aussi: Le PLR affiche son unité avant les élections fédérales 2019

Pour Petra Gössi, les attaques lancées par certains adversaires du PLR sont, à ses yeux, la preuve que son parti est prêt et qu’il part sur des bases solides dans les cantons. «Ils semblent avoir peur de nous. C’est bien, car cela montre que nous faisons beaucoup de choses correctement», a estimé la conseillère nationale devant quelque 350 délégués.

Forces conservatrices et socialistes

Petra Gössi a notamment fait allusion aux critiques du président du Parti socialiste (PS) Christian Levrat contre la politique étrangère menée par le conseiller fédéral Ignazio Cassis (PLR). «Le PLR ne jouera pas à ce jeu. Les débats de ce niveau ne nous intéressent pas», a assuré la présidente libérale-radicale.

«En 2019, nous allons monter sur le ring, prêts à prouver que les forces conservatrices et socialistes veulent diviser notre pays», a affirmé la présidente du PLR. Plaidant en faveur du compromis, elle a fait part de son inquiétude devant le fossé qui se creuse entre ville et campagne ainsi qu’entre élite politique et citoyens.

«Avancer ensemble»

Petra Gössi redoute que certains acteurs politiques s’emploient à élargir ces fossés plutôt qu’à les combler. «Et cela uniquement parce qu’ils veulent se profiler dans la campagne électorale, a-t-elle poursuivi sans toutefois citer des noms. Nous sommes la force qui veut et peut faire avancer ensemble la Suisse.» 

Et encore: L'UDC mise sur l'indépendance du pays pour les élections fédérales de 2019

En cette année électorale, la présidente du PLR a aussi énuméré les succès remportés par son parti l’an dernier, de l’élection de Karin Keller-Sutter au Conseil fédéral aux victoires aux votations fédérales.

Pas d’allusion à l’affaire Maudet

Dans son discours devant les délégués, Petra Gössi n’a pas évoqué l’affaire Maudet. En novembre dernier, le comité directeur du PLR avait demandé la démission du conseiller d’Etat. La présidente du parti avait alors eu des mots très sévères à l’égard du Genevois, empêtré dans des démêlés judiciaires liés en particulier à son voyage à Abu Dhabi.

Le PLR Suisse devait initialement tenir son assemblée des délégués à Genève, mais celle-ci a été déplacée en raison de ce dossier très sensible. Le parti voulait ainsi éviter qu’il n’interfère trop dans les débats et ne focalise toute l’attention.

Réforme fiscale et financement de l'AVS

Par ailleurs, la loi fédérale sur la réforme fiscale et financement de l'AVS bénéficie du soutien du PLR. Les délégués présent à Bienne ont estimé que le projet fiscal AVS est la bonne solution pour maintenir l'attractivité et la compétitivité de la place économique suisse.

Selon eux, ce paquet assure également la sécurité juridique et de planification pour des centaines de milliers de places de travail en Suisse. Mais l'assemblée admet que les problèmes structurels de l'AVS ne pourront être entièrement résolus.

Vote vraisemblablement le 19 mai

C'est par 296 voix contre 4 et 7 abstentions que le PLR recommande d'accepter ce projet lorsqu'il sera soumis au vote de peuple, vraisemblablement le 19 mai. Le projet fiscal AVS est une version retravaillée de la réforme de l'imposition des entreprises III.

La réforme de l'imposition des entreprises est couplée à un volet consacré à l'AVS. L'idée est que chaque franc d'impôt perdu par la Confédération, les cantons ou les communes via l'imposition des entreprises soit «compensé» au profit du 1er pilier.

Le projet fiscal AVS doit permettre d'introduire de nouveaux régimes fiscaux spéciaux acceptés sur le plan international. Il est combattu par deux comités: l'un réunissant les Verts, la jeunesse socialiste et certains syndicats et l'autre notamment par des partisans de l'UDC.

Même si le délai de récolte des signatures pour que le référendum aboutisse n'a pas encore expiré, le PLR a décidé de formuler une recommandation de vote. Cela lui permettra de consacrer les prochaines assemblées aux élections fédérales.

Publicité