Un de plus. Depuis début novembre, TF1 propose un deuxième feuilleton quotidien dans ses grilles, Ici tout commence. Se déroulant dans une école de cuisine dominée par Francis Huster, avec Gims au générique, la fiction est mandatée pour toucher un public plus jeune que ses consœurs et concurrentes, notamment grâce à la troupe emmenée par l’acteur Clément Rémiens. Les producteurs se défendent d’avoir créé un spin-off de Demain nous appartient, l’autre feuilleton lancé en 2017, qui émane de la même société, Telfrance. Certains personnages ou comédiens sont néanmoins passés de l’un à l’autre.

En 2008, notre plongée dans une semaine de soaps: Des jours et toutes ces vies

Quatre rendez-vous

Si l’on met de côté le format particulier choisi par M6 avec Scènes de ménages, les grandes chaînes gratuites françaises proposent désormais quatre rendez-vous tous les jours. En termes de grilles, le système est quasiment cartellaire puisque les trois fournisseurs audiovisuels concernés s’arrangent pour ne pas empiéter sur les terres des concurrents. L’amateur peut commencer à 18h30 avec Ici tout commence (expression adéquate pour les soirées des reconfinés), puis il enchaîne à 19h10 par Demain nous appartient, bifurque sur France 3 à 20h20 afin de plonger dans Plus belle la vie, avant de s’éblouir à 20h45 grâce à Un si grand soleil.

Avec son offre aux titres façon James Bond passés par Prisunic, la France audiovisuelle devient presque un terrain d’expérimentation. Ailleurs, les telenovelas se créent et disparaissent sans cesse, mais dans l’ensemble, l’industrie du soap, la série sentimentale courte quotidienne, repose sur ses valeurs sûres. D’ailleurs, l’œcuménique RTS propose à ses ouailles à la fois Plus belle la vie et Demain nous appartient, mais toujours Les Feux de l’amour (depuis 1973, plus de 8080 épisodes) et Top Models (ou Amour, gloire et beauté, depuis 1987, plus de 8300 épisodes).

On dirait toujours le Sud

On le voit, la palette française se diversifie un peu, les diffuseurs essayant de segmenter leurs produits selon les tranches d’âge visées. Il est pourtant quelques constantes: par exemple, dans la psyché des auteurs et producteurs de France, il paraît impensable d’imaginer un soap se déroulant dans la capitale, pourtant si centrale. Les passions, les trahisons, les amours et tout ce qui s’ensuit, c’est pour le Sud: Plus belle la vie avait planté le drapeau à Marseille, Ici tout commence, la petite dernière, se déroule dans le Gard – à une heure de Sète, où se tourne Demain nous appartient.

Les analystes ont relevé ces temps que les audiences de la vénérable Plus belle la vie (2004) sont en baisse. Le cartel des soaps montre ses premières faiblesses.