Le poche de la semaine

> Le poche de la semaine

L a phrase est troublante. Qui peut hésiter sur le titre du Bateau ivre et affirmer en même temps un fait biographique aussi précis?

Genre: roman
Qui ? Philippe Besson
Titre: Les Jours fragiles
Chez qui ? 10/18, 152 p.

L a phrase est troublante. Qui peut hésiter sur le titre du Bateau ivre et affirmer en même temps un fait biographique aussi précis? Quelqu’un de la famille d’Arthur Rimbaud. En l’occurrence sa sœur cadette, Isabelle, «vieille fille de 30 ans» comme elle se décrit, restée dans la maison natale des Ardennes pendant qu’Arthur courait le monde.

Mais Arthur ne peut plus courir. Il a perdu une jambe et son corps malade ne le porte plus. Il choisit donc de revenir auprès des siens qu’il n’a jamais aimés. Du 22 mai 1891 jusqu’au 14 novembre, Isabelle tiendra le journal des derniers jours de son frère prodige, dont elle prendra soin jusqu’au bout. Par sainteté, par obstination de le convertir avant qu’il meure, par amour pour le seul homme qu’elle ne connaîtra jamais. C’est le journal d’une agonie et de ses soubresauts orgueilleux, le récit d’une famille décimée et incapable de montrer ses émotions, l’intimité qui se noue entre deux êtres radicalement opposés, lui athée, homosexuel et drogué, elle pieuse, vierge et travailleuse, qui nourrissent Les Jours fragiles , beau roman de Philippe Besson.

Par ce journal imaginaire, fort bien documenté, l’auteur renouvelle non seulement la légende rimbaldienne mais il le fait de la manière la plus humble qui soit, en empruntant la voix de cette sœur de l’ombre, de ce cœur simple qui, si elle n’a jamais lu un seul poème de son frère, aura vraiment vécu et partagé avec lui Une Saison en enfer.

Enfer qui, du même coup, fait naître en elle une vocation qu’Arthur aurait certainement encouragée à en juger par sa lettre écrite en 1871 à Demeny: «Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra par elle et pour elle, l’homme – jusqu’ici abominable, – lui ayant donné son renvoi, elle sera poète, elle aussi! La femme trouvera de l’inconnu! Ses mondes d’idées différeront-ils des nôtres? – Elle trouvera des choses étranges, insondables, repoussantes, délicieuses; nous les prendrons, nous les comprendrons.»

Publicité