Genre: Essai
Qui ? Marie Darrieussecq
Titre: Rapport de police
Accusations de plagiat et autres modesde surveillance de la fiction
Chez qui ? Folio, 446 p.

«R apport de police» est un essai très vivant sur le plagiat en littérature. Ou plutôt sur le fantasme de plagiat qui saisit parfois certaines personnes persuadées tout à coup que leurs idées ont été pillées. Marie Darrieussecq s’appuie ici sur une aventure qu’elle a elle-même vécue. A la rentrée 2007, elle publie un roman, Tom est mort , dont le personnage principal est une mère qui a perdu son jeune enfant. Camille Laurens, qui publie alors également chez P.O.L, l’éditeur de Marie Darrieussecq, accuse cette dernière d’avoir pillé Philippe , petit récit d’autofiction où Camille Laurens a raconté quelques années auparavant la perte tragique et réelle de son enfant, mort peu après sa naissance. Scandale, articles fielleux. Camille Laurens finira par quitter P.O.L pour Gallimard. Et Marie Darrieussecq, elle, tentera de comprendre à travers d’autres cas comment certains tentent de mettre la fiction sous surveillance, comment tout écrivain est un plagiaire en puissance si l’on décide de le regarder sous cet angle-là. De Ovide à Salman Rushdie en passant par Maïakovski, elle fait donc l’inventaire, dans Rapport de police , des victimes de foudres littéraires et néanmoins policières. Les accusés répondent, se débattent dans un filet de mauvaise foi qui parfois se resserre autour d’eux. Marie Darrieussecq clame son droit à la voyance, à l’invention, à l’exploration de ­mondes inconnus. En tant qu’écrivain, que romancière, elle insiste: «J’ai un savoir-faire en métamorphoses.» Avec érudition, avec imagination, Marie Darrieussecq provoque et réveille.