En vitrine

«Poème de la méthode» de Sylviane Dupuis: la mémoire de l’or

Un recueil de poèmes comme une traversée, de la suffocation à «la page blanche de la mer»

L’éclair de la bombe atomique, le 6 août 1945. Le cri de la petite fille nue qui fuit sur une route, au Vietnam. Le goût de la cendre à Birkenau. «Où maintenant? Quand maintenant? Qui maintenant?» demandait Samuel Beckett. Sylviane Dupuis reprend cette alarme et cherche un chemin, pour continuer. Poème de la méthode est une traversée, de la suffocation à «la page libre de la mer». Elle s’éprouve, cette route, presque en marchant avec. Elle se découpe en quatre moments, quatre chapitres intenses dans l’interrogation sans voix comme dans l’accueil de la joie: «Tabula rasa», «Viatiques», «Poème de la méthode» et enfin «Lucioles». Trouéesfrêles dans la nuit. Le dernier poème, «Outrenoir», est dédié à Pierre Soulages et à ses immenses toiles noires d’où semble sourdre «la mémoire de l’or».

Publicité