Il y a parfois des soirées de théâtre qui ressemblent à des bonbons acidulés. Tout est plus vif, plus saisissant, plus insolite. Mardi soir, au Théâtre de Grand-Champ, à Gland, Le Poisson belge avait ce petit plus. Déjà, le texte de Léonore Confino, qui raconte comment on suffoque au-dedans faute de pouvoir avouer son identité, est drôle et surprenant. Ensuite, la mise en scène de Lucie Rausis, avec la très belle et mélodieuse musique de Maël Godinat, sait créer un climat mystérieux et de vrais moments de suspense.