Le 5 janvier 1895, dans la vaste cour d’honneur de l’Ecole militaire de Paris, les régiments sont au garde-à-vous, le tambour gronde, le peuple pousse des cris de haine. Un innocent va être châtié. Accusé de haute trahison, le capitaine d’artillerie Alfred Dreyfus (Louis Garrel) tremble de tous ses membres. Tandis qu’on arrache ses décorations, ses galons, ses boutons, qu’on brise son sabre, l’officier dégradé ne cesse de clamer son innocence. A l’écart, l’état-major se gausse.

Au sujet de la polémique qui entache le réalisateur: Roman Polanski, les zones d’ombre d’un grand cinéaste