Carl Hiaasen. Croco-Deal. Nature Girl. Trad. d'Yves Sarda. Denoël. 406 p

Honey Santana est une fille nature, aussi pétillante qu'une sucette à l'anis saupoudrée de nitroglycérine. Jeune mère divorcée d'un garçon qu'elle tente de protéger contre les requins qui pullulent dans le sud de la Floride, cette écolo exaltée est affligée d'un cerveau radiophonique (elle capte des chansons dans sa tête, plusieurs en même temps, hélas) et perd tout contrôle quand on lui cherche des noises. Un jour funeste, après avoir été licenciée par son employeur, un poissonnier qui l'avait méchamment pelotée et qu'elle avait aussi sec assommé, elle se fait insulter au téléphone par un arrogant télémarketeur texan qui tentait de lui vendre un schmilblic inutile et coûteux. C'en est trop, n'est-ce pas? Honey décide de rendre au démarcheur texan la monnaie de sa pièce en le piégeant dans une arnaque en forme de croisière gratuite... et voici toute une galerie de personnages réunis parmi les crocodiles dans le dédale humide des Mille Iles. Croco-Deal, titre français du quatorzième roman de l'humoriste Carl Hiaasen, excelle à mettre en scène ces frustrés du rêve américain qui versent dans divers délires, comme les adeptes de la Première Assemblée maritime résurrectionniste de Dieu, ou qui cherchent une possible rédemption, comme le jeune Indien séminole Sammy Queue de Tigre. Hiaasen a le sens du grotesque et sait orchestrer de belles provocations, mais sans perdre de vue ses plus attachants personnages, comme la délectable Honey, heureuse survivante d'une croisière rocambolesque.

***

Cathi Unsworth. Au risque de se perdre. The Not Knowing. Trad. de Karine Lalechère. Rivages. 368 p.

A Londres, la journaliste punkette Diane Kemp collabore à un magazine culturel d'avant-garde, Lux. Le prochain numéro devrait faire un tabac avec l'interview exclusive de Jon Jackson, cinéaste culte dès son premier film de fiction, un thriller ultraviolent. Mais Jackson a disparu et la police cuisine longuement Neil, le patron de Diane, affairiste roublard et dissimulateur. Lorsqu'on retrouve enfin le corps du cinéaste atrocement torturé, la presse de boulevard se déchaîne contre les mauvaises influences du cinéma de genre, et l'interview de Lux promet d'être un vrai scoop. Entre-temps, Diane a rencontré le jeune auteur d'un polar très noir, intitulé Barjo, et ce récit troublant pourrait être la clé de l'énigme... Bardé de références musicales branchouilleuses, Au risque de se perdre, premier roman de Cathi Unsworth, commence par irriter à force de name dropping avant de séduire par la force de l'intrigue et l'évocation lucide d'un milieu que l'auteure, elle-même critique musicale, connaît de l'intérieur. Bien que l'identité du meurtrier soit révélée très tôt, le suspense fonctionne, et Cathi Unsworth réussit ce subtil équilibre entre noirceur et empathie qui fait d'un bon thriller autre chose qu'une mécanique décérébrée pour accros à l'adrénaline.