«Lourd comme un cheval mort», chantait Johnny Hallyday en 1969 dans «Que je t’aime». Sans doute le poids du cheval mort exposé dans la vitrine genevoise de Zabriskie Point n’avait-il pas été bien évalué puisque, même empaillé, donc sans doute pas si pesant qu’une vraie carcasse (ni si effrayant bien sûr), l’animal a cassé une des courroies qui le suspendaient. Il s’est retrouvé bizarrement pendouillant, plus du tout ressemblant à ce que souhaitaient Maya Bösch et Régis Golay, auteurs de cette pièce pour la vitrine d’art. Mais peut-être le poids de l’animal s’était-il alourdi de la polémique née ces derniers jours autour de ce cheval en vitrine?

«Richard III»

Zabriskie Point, c’est donc un ­espace d’art contemporain qui se résume en une vitrine (un bout d’abribus au rond-point de Plain­palais), ce qui n’exclut pas une programmation réfléchie et pointue. Son comité a sollicité Maya Bösch, ancienne codirectrice du Théâtre du Grütli, qui y avait déjà performé, pour une intervention. Celle-ci a proposé, en cosignant la pièce avec Régis Golay, photographe et membre du collectif de communication visuelle Federal Studio, cet animal suspendu par deux courroies, sous le ventre et sous le cou.

La pièce s’appelle Cheval de bataille. Le titre rappelle une autre utilisation du même animal, dans le Richard III que Maya Bösch a mis en scène en 2003 à la Comédie. A la fin de la pièce de Shakespeare, quand, la bataille perdue, le tyran à pied supplie «Mon royaume pour un cheval», l’équidé apparaissait déjà suspendu aux cintres.

Happening

«La proposition était spontanée, parce que, quand Zabriskie Point m’a contactée, le cheval était près de nous, raconte Maya Bösch. La mise en place de la pièce a tenu du happening. Nous avions prévu de l’accompagner d’un texte dans un second temps.» Pour elle, il s’agissait d’interpeller, pas de choquer.

Le cheval a courbé tristement la tête derrière sa vitre tout le week-end pascal avant d’émouvoir et de susciter mails et autres commentaires sur Internet et dans la presse. La pièce réparée, le texte prêt, ce Cheval de bataille sera-t-il de nouveau visible? Ses auteurs et le comité de Zabriskie se retrouvaient jeudi soir pour chercher la solution la plus juste. A suivre.